L'industrie du jeu vidéo appelle à calmer le jeu sur «Gamergate»

JEU VIDEO Cette guerre culturelle a provoqué plusieurs cas de harcèlements sexistes...

Philippe Berry

— 

Une scène extraite du jeu vidéo Battlefield 4.
Une scène extraite du jeu vidéo Battlefield 4. — AP/SIPA

«Gamergate». A moins de suivre de près les forums de jeu vidéo, vous n'avez sans doute pas entendu parler de cette guerre culturelle qui déchire le milieu vidéoludique depuis la mi-août. Mercredi, l'Entertainment Software Association a joué du sifflet pour calmer tout le monde. «Les menaces de violence et le harcèlement doivent s'arrêter. Il n'y a pas de place dans la communauté du jeu vidéo ou dans notre société pour les attaques personnelles», a déclaré l'organisation qui regroupe les principaux acteurs de l'industrie, dont Microsoft, Sony et Nintendo.

Cette mise au point intervient alors que la blogueuse Anita Sarkeesian, qui critique régulièrement la représentation des femmes dans les jeux vidéo sur sa chaîne YouTube Feminist Frequency, a annulé un discours prévu mardi à l'Université d'Utah après avoir reçu des menaces de mort. En août, elle avait dû quitter son domicile après la publication de son adresse sur Twitter. Idem pour les créatrices de jeu Brianna Wu et Zoe Quinn. C'est par cette dernière que tout a commencé.

Un mouvement pourri par une minorité sexiste

Mi-août, l'ex-petit ami de Zoe Quinn s'épanche sur son blog après leur rupture. Il accuse la créatrice du jeu indépendant Depression Quest d'avoir utilisé ses charmes pour obtenir une couverture favorable sur le site Kotaku. Les accusations ont été démontées –le blogueur n'a pas écrit sur le jeu après le début leur relation, selon Kotaku– mais le mouvement prend de l'ampleur.

A son essence, le GamerGate a commencé par poser des questions légitimes sur la forme de corruption qui gangrène la presse vidéoludique et généraliste. Mais le front s'est ensuite déplacé sur l'identité-même des gamers, souvent caricaturés par des détracteurs comme Sarkeesian. Une minorité vocale a réagi via une campagne de harcèlement sexiste dénoncée des deux côtés du Gamergate.

Clash entre Adam Baldwin et Seth Rogen

Une dimension politique s'est également greffée au mouvement. L'acteur Adam Baldwin (de Chuck), crédité du hashtag #gamergate, se revendique libertarien tendance républicain. Sur Twitter, il soutient le mouvement depuis le début et dénonce un diktat intellectuel libéral/gauchiste qui tend à chanter les louanges de jeux indépendant juste parce qu'ils sont différents et pas parce qu'ils sont bons. Baldwin s'est clashé mardi avec l'acteur Seth Rogen, qui lui a suggéré «d'arrêter de soutenir cette cause stupide». Le Gamergate n'est clairement pas terminé.