Palm ressuscité avec un mini-téléphone pour nous sauver de nos smartphones

TECHNOLOGIE La marque emblématique des années 90 a été rachetée et tente de créer une nouvelle catégorie d'appareil mobile...

P.B.

— 

Le basketteur Stephen Curry a investi dans la start-up Palm.
Le basketteur Stephen Curry a investi dans la start-up Palm. — PALM

Palm fait un come-back. Plus exactement, une start-up de San Francisco qui a racheté le nom à TCL surfe sur la nostalgie des années 90 pour lancer un nouveau concept: un mini-téléphone qui veut épauler notre smartphone. Pour mieux s'en affranchir.

Le postulat de départ est le suivant: notre smartphone nous gâche la vie, il est devenu tellement grand et complexe qu'il a fait de nous des addicts dopés au pic d’endorphine d'un like et stressés par les notifications incessantes. La réponse c'est donc le Palm, un petit smartphone sous Android à peine plus grand qu'une carte de crédit (96x50 mm). Il se synchronise avec un smartphone (iOS ou Android), qu'on peut laisser à la maison ou dans son sac. Il propose les mêmes fonctions (appareil photo, GPS, apps) mais dispose d'un mode qui cache les notifications quand on choisit d'éteindre l'écran. Il va être vendu 349 dollars aux Etats-Unis, et le basketteur Stephen Curry fait partie des investisseurs.

Tendance porteuse

La réponse à trop de technologie est-elle davantage de technologie? Le consommateur est-il vraiment prêt à payer 350 dollars pour utiliser moins souvent son iPhone Xs Max ou son Pixel 3 XL à 1.000 dollars? C'est un paradoxe que Palm ne parvient pas vraiment à justifier. Ce qui est sûr, c'est que cette tendance d'un retour à la simplicité est porteuse.

Apple et Google ont dégainé cette année une série de fonctions dans iOS et Android pour lutter contre l'addiction et le stress. Et avec le Light Phone, la start-up Light a, elle, aussi, misé sur un téléphone minimaliste (qui fonctionne, lui, en solo). Palm devra aussi affronter la concurrence des smartwatches, qui misent déjà sur la complémentarité avec nos smartphones. ll faudra plus qu'un simple buzz dû à son nom.