Contenus racistes et antisémites: Apple retire l'application d'Alain Soral «Égalité & réconciliation»

EXTREME DROITE L’Union des étudiants juifs de France (UEJF) avait demandé il y a quelques jours le retrait d'Apple Store de l’application du polémiste, estimant qu’il s’agissait de recel de « contenus racistes et antisémites »…

Hakima Bounemoura

— 

Alain Soral, lors d'une conférence de presse le 4 juin 2009, à Paris.
Alain Soral, lors d'une conférence de presse le 4 juin 2009, à Paris. — BORIS HORVAT / AFP
  • L’UEJF a réclamé il y a quelques jours à Apple et Google de retirer de leurs plateformes l’application de l’essayiste d’extrême droite.
  • « Nous nous réservons le droit d’agir en justice contre eux pour recel de contenus racistes et antisémites », avait déclaré le président de l’UEJF.
  • L’application « Égalité & réconciliation » reste toujours disponible sur le Google Play Store pour 2,79 euros.

C’est une « première victoire ». L’Union des étudiants juifs de France (UEJF) s’est félicitée du retrait de l’application de l’essayiste d’extrême droite Alain Soral « Égalité & réconciliation » de la plateforme App Store du géant Apple. C’est « une victoire de l’application de la loi républicaine sur le déferlement de haine que souhaitait propager le multirécidiviste de la haine sur l’App Store », a expliqué à 20 Minutes Sacha Ghozlan, président de l’UEJF.

L’organisation étudiante avait demandé il y a quelques jours à Apple et Google de retirer de leurs plateformes l’application du polémiste, jugeant qu’ils faisaient du recel de « contenus racistes et antisémites ». « Cette application, proposée aux utilisateurs d’IPhone pour 2,29 euros, renvoie notamment vers le lien de financement participatif d’Alain Soral et lorsqu’une application est proposée sur l’App Store, Apple prélève une commission de 30 % sur chaque vente », expliquait Sacha Ghozlan. « Nous nous réservons le droit d’agir en justice contre eux pour recel », avait alors déclaré le président de l’UEJF.

« Contraire à la loi française »

En revanche, « l’UEJF constate qu’à ce jour, l’application est toujours disponible sur le Google Play Store pour 2,79 euros ». Or elle est « contraire à la loi française et aux conditions générales d’utilisation de Google en raison des fake news, des propos et dessins négationnistes, homophobes, racistes ou antisémites que l’on (y) retrouve », ajoute Sacha Ghozlan. Selon la description disponible sur Google Play Store, l’application a été développée « dans le but de rendre la consultation du site internet d’Egalité & réconciliation sur smartphone plus conviviale. Elle permet également d’accéder directement à la radio ERFM ».

Ce n’est pas la première fois qu’une grande firme bannit l’essayiste d’une de ses plateformes. Début juin, Alain Soral a été condamné à deux peines de prison avec sursis pour provocation à la haine raciale, après la diffusion sur son site internet de deux dessins antisémites. Sa chaîne YouTube avait été fermée par la plateforme vidéo américaine, mais avait rouvert ensuite.