Google: Un partenariat avec Mastercard pour lier publicités en ligne et achats en magasin ?

DONNEES PERSONNELLES Le géant de la high-tech sait ce qu'achètent les détenteurs américains d'une Mastercard dans les boutiques physiques, et peut ainsi évaluer l'efficacité des publicités en ligne...

20 Minutes avec agence

— 

Google aurait conclu un accord avec Mastercard.
(illustration)
Google aurait conclu un accord avec Mastercard. (illustration) — Jens Meyer/AP/SIPA

Google aurait conclu un accord avec Mastercard permettant au géant californien de savoir ce que les consommateurs achètent dans des boutiques physiques, rapporte Bloomberg.

Les personnes concernées sont les clients de Mastercard aux Etats-Unis, qui disposent d’un compte Gmail et n’ont pas refusé le suivi publicitaire de la firme dans les paramètres. Or, la grande majorité des deux milliards de détenteurs d’une Mastercard n’ont pas été avertis de cette transmission d’informations, commencée il y a environ un an.

Efficacité des publicités

Pour avoir accès à ces données, Google aurait payé plusieurs millions de dollars à Mastercard, selon deux personnes ayant participé à la finalisation de l’accord.

En surveillant les achats des internautes dans les magasins, l’entreprise peut déterminer l’efficacité des publicités en ligne de ses annonceurs. Il s’agit aussi de mieux comprendre le lien entre les campagnes publicitaires sur internet et le comportement des acheteurs dans les points de vente « en dur ».

Un avantage précieux

Cet accord est un gros avantage pour Google, notamment dans la compétition acharnée qui oppose la société à Amazon. Pourtant, quand le géant avait présenté en 2017 son service de « mesure des ventes en magasins », il avait évité de nommer son partenaire dans ce projet, rappelle 01Net.

« Nous n’avons accès à aucune information personnelle via les cartes de débit et de crédit de nos partenaires et nous ne partageons aucune information personnelle avec nos partenaires », avait assuré un porte-parole. Mastercard a expliqué de son côté ne fournir « aucune donnée personnelle ou relative à une transaction individuelle ». Seuls les volumes des ventes et l’importance de chaque achat seraient communiqués.

>> A lire aussi : LinkedIn: Le réseau social va partager vos données personnelles avec des chercheurs

>> A lire aussi : Google a-t-il privilégié Barack Obama à Donald Trump sur sa page d’accueil?