L'application WhatsApp sera-t-elle vraiment interdite aux moins de 16 ans en Europe?

MESSAGERIE Les conditions d’utilisation de cette application de messagerie gratuite ont été modifiées en Europe…

Helene Sergent

— 

WhatsApp a mis à jour ses conditions d'utilisation en Europe avant l'application du RGPD.
WhatsApp a mis à jour ses conditions d'utilisation en Europe avant l'application du RGPD. — ARUN SANKAR / AFP

Après le géant Facebook, sa filiale WhatsApp, très populaire auprès des adolescents a modifié ses conditions d’utilisation en Europe. Comme le réseau social, cette application gratuite de messagerie s’est alignée sur la nouvelle règlementation en vigueur dans l'UE en matière de protection des données personnelles. Voté en 2016, le RGPD (Règlement général sur la protection des données) s’appliquera officiellement à partir du 25 mai prochain.

Age minimum requis

Dans un poste publié sur son blog, WhatsApp détaille les modifications apportées à son service. « Cette mise à jour n’a pas pour objet de demander de nouveaux droits pour collecter des données personnelles. Notre intention est simplement d’expliquer comment nous utilisons et protégeons les données limitées que nous détenons à votre sujet », annonce en préambule la société. S’ensuit une liste de mises à jour, dont une porte sur l’âge « requis » d’utilisation.

« Pour utiliser WhatsApp, vous devez être âgé au minimum de 16 ans » et ce conformément à l'article 8 du RGPD. Le règlement adopté par les pays de l’Union européenne stipule en effet qu'« en ce qui concerne l’offre directe de services de la société de l’information aux enfants, le traitement des données à caractère personnel relatives à un enfant est licite lorsque l’enfant est âgé d’au moins 16 ans. Lorsque l’enfant est âgé de moins de 16 ans, ce traitement n’est licite que si, et dans la mesure où, le consentement est donné ou autorisé par le titulaire de la responsabilité parentale à l’égard de l’enfant ».

Une vérification toute relative

Cela signifie-t-il pour autant que tous les utilisateurs en Europe âgés de moins de 16 ans seront bannis de l’application ? Non. Et l’âge minimum pourra toujours être contourné lors de l’inscription au service. En effet, le RGPD ajoute que «le responsable du traitement s'efforce raisonnablement de vérifier, en pareil cas, que le consentement est donné ou autorisé par le titulaire de la responsabilité parentale à l’égard de l’enfant, compte tenu des moyens technologiques disponibles ». Dans la mise à jour de ses conditions d’utilisation, WhatsApp ne précise pas comment l’appli compte s’y prendre techniquement pour vérifier l’âge de chaque nouvel inscrit.

Enfin, récemment épinglée par la Cnil en France pour « utilisation non autorisée de données personnelles » de ses utilisateurs, l’application a jugé utile de préciser qu’elle ne partageait « actuellement pas d’informations en vue d’améliorer vos expériences avec les produits et publicités Facebook ». Tout en ajoutant plus loin : « Comme nous l’avons indiqué par le passé, nous souhaitons travailler de manière plus étroite avec les autres entreprises Facebook à l’avenir, et nous vous tiendrons informés à mesure que nous mettons en œuvre nos projets ».

>> A lire aussi : Pays de Galles: Un trafiquant de drogue arrêté grâce à une photo de sa main envoyée par Whatsapp

>> A lire aussi : Données personnelles: Service minimum de Facebook pour respecter le RGPD européen

>> A lire aussi : WhatsApp sommé par la Cnil d'encadrer le transfert des données à Facebook