Lille et Douai candidates pour développer la 5G, le très haut débit mobile

COMMUNICATIONS L’Autorité de régulation des communications électroniques (Arcep) a dévoilé une liste de neuf agglomérations « pilotes 5G »…

Mikael Libert

— 

Pour la 5G, les opérateurs vont devoir déployer des antennes relais.
Pour la 5G, les opérateurs vont devoir déployer des antennes relais. — ALLILI mourad/SIPA

Un débit qui décoiffe. L’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep) a indiqué, mardi, que les villes nordistes de Lille et Douai faisaient partie des neuf agglomérations françaises pilotes pour le développement de la 5e génération de communications mobiles, la 5G.

Une expérimentation sur deux ans

On n’en est pas encore au déploiement grand public, le gouvernement ayant lancé une consultation publique pour élaborer une stratégie nationale pour la 5G. Néanmoins, pour ne pas être en reste, l’Arcep a lancé un guichet pour la réalisation de pilotes 5G « accessible à tous types d’acteurs », précise l’Autorité.

>> A lire aussi : Des chercheurs ont atteint le record de 1 térabit/seconde en 5G

Dans les deux villes nordistes (les autres villes sont Lyon, Bordeaux, Nantes, Le Havre, Saint-Etienne, Montpellier et Grenoble), les acteurs intéressés devront travailler sur la bande des 3.400 - 3.800 MHz, considérés comme le cœur de la 5G. Les gros tuyaux qu’offre cette bande permettent des débits très élevés. Technologiquement, elle est déjà bien avancée, ce qui laisse envisager une disponibilité à court terme. « Mais pour qu’une expérimentation soit sérieuse, elle ne peut pas durer moins de deux ans », souligne Karim Oural, le Mr numérique de la métropole Lilloise.

Selon l’Arcep, le débit utilisateur offert par la 5G est dix fois supérieur au débit de l’actuelle 4G. Le débit maximal, lui, est vingt fois plus élevé que ce qui existe à l’heure actuelle. La 5G permettra, par ailleurs, dune densité maximum de connexions multipliée par dix et une latence réduite à une milliseconde. « Ce qui nous a d’abord intéressés, c’est que la 5G viendrait en complément de la fibre optique pour étendre davantage l’accès au très haut débit », poursuit Karim Oural.

Ville intelligente, transports, médecine

La 5G est aussi « une étape majeure vers la ville intelligente », pour le spécialiste lillois du numérique. « Le suivi des transports en temps réel en est un exemple », affirme Karim Oural. L’Arcep évoque aussi la médecine ou la chirurgie à distance.

Reste aux opérateurs à présenter leurs copies. « Nous allons faciliter l’installation d’équipements tout en leur demandant d’en mutualiser certains, comme les antennes, histoire de ne pas en avoir partout. Les autorisations seront de toute façon délivrées au cas par cas », précise Karim Oural.