VIDEO. CES 2018: Pliables, modulaires, les télés du futur (et du présent) dévoilées à Las Vegas

TECHNOLOGIE C'est la guerre Oled/microLED entre LG et Samsung, alors que le Chinois TCL casse les prix...

P.B.

— 

Au CES, Samsung a dévoilé son concept The Wall, un téléviseur modulaire de 143 pouces, le 8 janvier 2017.
Au CES, Samsung a dévoilé son concept The Wall, un téléviseur modulaire de 143 pouces, le 8 janvier 2017. — Yonhap News/NEWSCOM/SIPA

Ah, le CES. Même si les objets connectés et l’automobile envahissent le salon de Las Vegas, ça reste avant tout le rendez-vous annuel des téléviseurs, avec des fabricants qui ont dévoilé leur gamme 2018, lundi. Et si les concepts futuristes sont inaccessibles au commun des mortels, d’autres se retrouveront au pied du sapin à Noël prochain. Revue de détail.

>> A lire aussi : La French Tech à Vegas: «On va au CES pour sauver l’humanité»

Les télés de demain : bataille entre l’Oled et le microLED

La 4K arrive à peine qu’LG a dévoilé un téléviseur Oled 8k de 88 pouces (223 cm). Samsung, lui a riposté avec un monstre modulaire de 146 pouces (380 cm) baptisé « The Wall » (le mur), qui utilise la technologie émergente microLED. Leur point commun ? Ce sont avant tout des démonstrations technologiques qui ne seront commercialisées qu’en quantités limitées, sans doute à plusieurs dizaines de milliers d’euros.

Comme l’Oled, chaque diode microLED émet sa propre lumière. Cela permet d’obtenir des noirs absolus et des contrastes infinis sans rétroéclairage, dans des téléviseurs de quelques millimètres d’épaisseur. Mais selon Samsung, un écran microLED peut offrir une luminosité largement supérieure à l’Oled (2.000 nits pour son « Wall », c’est environ le double des meilleurs écrans Oled de LG) pour une consommation largement inférieure. C’est pour cette raison qu’Apple et Oculus investissent dans cette technologie qui pourrait augmenter l’autonomie de nos gadgets. Samsung, lui, combine plusieurs panneaux pour proposer des écrans géants modulaires.

Leader sur l’Oled, LG n’a pas dit son dernier mot. Le constructeur coréen a dévoilé un prototype de 65 pouces qui s’enroule pour disparaître dans sa base. L’intérêt, c’est d’avoir un écran à la hauteur réglable selon les usages (étroit pour la musique, ultra-wide pour du cinéma sans bande noire etc.)

Les télés d’aujourd’hui : 4K, HDR, contrôle vocal et local-dimming

Samsung persiste avec sa technologie Qled, qui n’est que du LED amélioré avec un spectre de couleur plus large mais des angles de vision toujours limités. Heureusement, pour sa gamme 2018, le fabricant revient à du « full array local dimming » (FALD), avec de multiples zones localisées pour le rétroéclairage, un point important pour profiter au mieux des contrastes dynamiques (HDR).

Sony, de son côté, rafraîchit son offre à la fois sur l’Oled (avec un successeur au A1) et sur le LED avec le petit frère du Bravia XE9005, l’un des tout meilleur de l’an dernier dans sa gamme. Et cette fois, il a droit à la technologie HDR Dolby Vision, notamment proposée par Netflix et Amazon. Ces deux modèles sont compatibles avec le Google Assistant et Alexa pour du contrôle vocal.

Sharp, Phillips ou encore HiSense ont dévoilé des modèles LED de milieu de gamme à surveiller, mais l’annonce la plus intéressante revient au Chinois TCL, propulsé en cinquième position aux Etats-Unis en 2017. 4K, 120 zones de contraste, HDR 10 et Dolby Vision, pic de luminosité plus élevé de l’an dernier… Sa nouvelle série 6 devrait offrir un rapport qualité/prix imbattable, à 650 dollars pour le modèle 55 pouces. Reste à espérer qu’elle sorte cette fois en France, ce que TCL n’était pas en mesure de confirmer lundi soir.