« J’ai toujours mon Tamagotchi, 20 ans après »

VOUS TÉMOIGNEZ Le Tamagotchi revient dans les magasins. Mais les internautes de 20 Minutes étaient loin de l’avoir oublié…

A.B

— 

Un tamagotchi (encore) en train de mourir
Un tamagotchi (encore) en train de mourir — KATO/OSHIHAR

Il est de retour. La star des cours de récré de Bandai, sortie en 1996 et écoulée à plus de 76 millions d’exemplaires sera à nouveau commercialisée ce mercredi 25 octobre en France, en Europe et aux Etats-Unis. À l’heure des smartphones, ce petit œuf doté d’un écran numérique dans lequel il fallait s’occuper d’un animal virtuel ne dira sans aucun doute rien aux millenials. Pas de panique, nos internautes ayant grandi dans les années 90 se chargent de la piqûre de rappel.

>> A lire aussi : Tamagotchi: Le petit oeuf de Bandai fait son retour vingt après

« C’était génial ! J’avais un chien et je passais mon temps à le nourrir et le nettoyer, même pendant les cours (…), se souvient Jossita. Ça m’a donné envie d’avoir un vrai animal. J’ai ensuite eu un chat et je m’en suis très bien occupée. » La palette des bêtes disponibles était toutefois bien plus large. Damien, lui, a par exemple eu un « dinosaure ptérodactyle merveilleux » qu’il emmenait « même à l’école ». Comme Audrey, il a ainsi pu « échanger des cadeaux » avec ses camarades. Mais tous n’avaient pas la permission de l’emmener en cours et les confiaient à leurs parents.

>> A lire aussi : Pays-Bas: Les électeurs peuvent chouchouter les candidats aux législatives façon «Tamagotchi»

Même les Tamagotchis ont besoin de parents

Manque de bol, Angélique, qui possède toujours le sien «plus de 20 ans après», était dans ce cas et avait « la tristesse de la récupérer mort en fin de journée ». La réponse de ses géniteurs ? « On n’a pas le temps pour ton truc. » Les années 90 étaient impitoyables. Elle pourra toutefois se consoler en lisant le témoignage de Jessie, dont le Tamagotchi « se mettait à sonner à des heures improbables de la nuit », ce qui réveillait sa mère. « Un jour, elle est arrivée dans ma chambre et l’a caché sous le coussin du canapé. Le lendemain il avait disparu et je ne l’ai plus jamais retrouvé. » L’histoire de Mat’ est encore plus insoutenable, puisque le sien a tout simplement fini « sous le talon de la chaussure » de sa mère pour les mêmes raisons. RIP petit ange.

« J’en ai commandé pour mes enfants »

Mais tous les parents ne sont pas tous d’épouvantables êtres humains. Certains ont résisté, à l’image de la mère de Debora, qui a offert un Tamagotchi à sa fille lorsqu’elle avait 9 ans. Mais notre internaute a eu le malheur de faire tomber sa créature dans son bol de lait. Face à sa crise de larmes, « tous les voisins » se sont précipités « en pensant qu’(elle) s’était fait mal. » Ce genre d'histoires n'empêchera cependant pas Aurélie d’en « commander pour ses enfants » pour qu’eux aussi connaissent quoi qu’il arrive « le jeu d’enfance de leur maman et tatie ». Ils éviteront de faire peur aux voisins, c’est promis.

>> A lire aussi : L’application «Hugging Face»: enfin un vrai ami imaginaire !

>> A lire aussi : Tamagotchi L.i.f.e. lancé sous iOS !