#BalanceTonPorc: Après le scandale Harvey Weinstein, les victimes de harcèlement sexuel témoignent sur Twitter

HARCELEMENT Le mot-dièse était en tête des tendances dimanche matin sur le réseau social, alors que les témoignages se multiplient...

M.C.

— 

Harvey Weinstein au MipCom de Cannes, en octobre 2015.
Harvey Weinstein au MipCom de Cannes, en octobre 2015. — VALERY HACHE / AFP

L’affaire Harvey Weinstein délie les langues. Alors que Hollywood est sous le choc des accusations de viols et d’agressions sexuelles contre le producteur longtemps considéré comme intouchable, l’indignation et la volonté de dénoncer le harcèlement dépassent les frontières et le milieu du cinéma.

>> A lire aussi : Une cinquième actrice accuse Harvey Weinstein de viol

Le mot-dièse #balancetonporc a émergé samedi sur Twitter, appelant les femmes à témoigner des faits de harcèlement sexuel qu’elles ont subi. C’est la journaliste Sandra Muller, de La Lettre de l’audiovisuel, qui a lancé le mouvement, en appelant chacune à « donner le nom et les détails » d’un « harcèlement sexuel que tu as connu dans ton boulot », une initiative similaire à celle qui avait vu le jour en anglais à l’appel de l’auteure canadienne Anne T. Donahue.

Le mouvement initié par Sandra Muller, qui a elle-même accusé, en le nommant, un ancien patron de lui avoir dit « Tu as des gros seins. Tu es mon type de femme. Je vais te faire jouir toute la nuit », a été massivement suivi, provoquant la publication de milliers de témoignages et commentaires sur le réseau social. Agrégeant remarques sexistes, harcèlements verbaux et agressions physiques, en particulier dans le milieu des médias, le hashtag est rapidement devenu un trending topic sur Twitter.

 

Les témoignages ont rapidement dépassé le monde de l’audiovisuel, relatant des harcèlements subis au poste de police, dans son immeuble ou lors d’un stage :

 

Les réactions indignées, de la part de femmes et d’hommes, se sont multipliées :

Alors que certains demandaient « plus de noms », d’autres faisaient remarquer les risques de poursuites pour diffamation :

La chroniqueuse de télévision Julia Molkhou, après avoir apporté son témoignage, a dit trouver « inquiétante » et « immonde » la « chasse aux sorciers » auxquels certains se livraient :

La députée LREM des Yvelines Aurore Bergé a elle aussi dévoilé un épisode douloureux sur le réseau.

Sur Facebook, la journaliste et écrivain Colombe Schneck a elle-aussi témoigné de plusieurs agressions physiques et verbales. 

>> Que pensez-vous de cette initiative? Cette parole libérée peut-elle changer les mentalités? Victime de ce type d'agissements, pourquoi avez-vous décidé de parler, ou au contraire gardé le silence? Vous pouvez nous parler dans les commentaires ci-dessous, ou nous envoyer un mail à contribution@20minutes.fr