Avec HomePod, Apple met l'accent sur le son (et pas sur Siri)

TECHNOLOGIE L'enceinte connectée dévoilée par Tim Cook lors de la conférence WWDC, lundi, défie davantage Sonos qu'Amazon...

P.B.

— 

HomePod, l'enceinte connectée d'Apple, sera disponible en décembre 2017 aux Etats-Unis, en Australie et en Grande-Bretagne.
HomePod, l'enceinte connectée d'Apple, sera disponible en décembre 2017 aux Etats-Unis, en Australie et en Grande-Bretagne. — APPLE

Le prix et le nom choisis par Apple en disent long sur sa stratégie. A 349 dollars, son enceinte connectée HomePod, dévoilée lundi, et attendue pour décembre aux Etats-Unis et en 2018 en France, coûte deux fois plus cher que la borne Echo d’Amazon ou que Google Home. La raison est simple : même si HomePod intègre Siri, l’entreprise californienne semble surtout vouloir défier Sonos et Bose sur le haut de gamme et le son multiroom. Son directeur marketing, Phil Schiller l’a d’ailleurs juré : « Apple a réinventé la musique portable avec l’iPod, et HomePod va réinventer la musique dans la maison. »

Une enceinte de qualité… pour Apple Music

Ce n’est pas un secret, les enceintes ultra-compactes d’Amazon et de Google ne brillent pas par leur qualité audio. Apple, en revanche, a intégré sept haut-parleurs pour les aigus et un petit subwoofer pour les basses. Selon plusieurs médias américains, le son dévoilé lors d’une démo – toujours à prendre avec des pincettes – était impressionnant, aussi bon voire meilleur que celui de la Sonos Play : 3, l’enceinte de milieu de gamme de Sonos, vendue 299 dollars.

La similitude ne s’arrête pas là. Comme son concurrent, Apple a mis au point une technologie qui adapte le son à la géométrie de la pièce pour mieux la remplir. Et avec Airplay 2, l’entreprise à la pomme simplifie la gestion du multiroom, pour jouer le même morceau dans toute sa maison ou des chansons différentes dans le salon et la salle de bain.

Phil Schiller vend HomePod comme le DJ ultime – on peut demander à Siri de jouer une playlist chill ou lui indiquer qu’on aime une chanson. Le problème, c’est que pour l’instant, l’entreprise n’a parlé que d’une intégration de son service Apple Music. Quid de Spotify ou de YouTube ? On devrait pouvoir envoyer un flux audio depuis son smartphone mais HomePod, qui se connecte au wifi, n’offre pas, semble-t-il, un accès direct à des services tiers – Apple n’a pas clarifié ce point.

Siri, un assistant très limité

Premier sur le marché avec Siri, Apple a pris un gros retard sur le segment des assistants intelligents. HomePod ne devrait pas inverser la tendance : il embarque bien Siri, mais Apple, pourtant devant 5.000 développeurs, n’a pas annoncé de kit de développement pour ouvrir son enceinte à des apps et des services partenaires. La donne a encore le temps de changer d’ici décembre, mais Amazon, avec les milliers de « skills » d’Alexa centralisés sur une boutique dédiée (commander une pizza ou un Uber, lire ses tweets etc.) a plus de deux ans d’avance.

Du côté de la maison connectée, HomePod permettra de contrôler par la voix les appareils intégrés à la plateforme HomeKit (thermostats, ampoules, vidéosurveillance) mais là encore, la plateforme d’Apple a du retard sur celles de Google ou même de Samsung. Surtout, Amazon et Google sont passés à l’étape suivante et font le forcing pour intégrer leur assistant dans de nombreux appareils partenaires (frigo, machine à laver etc.). Hey Siri, tu dors ?