Après avoir enchaîné les galères d’argent, il est diplômé d’Harvard et obtient le respect de Facebook

ÉTUDE Un étudiant a impressionné les internautes en racontant comment il s’est battu pour faire vivre sa famille et suivre ses cours à Harvard…

Marie de Fournas

— 

Un étudiant impressionne les internautes en racontant comment il s’est battu pour faire vivre sa famille et suivre ses cours à Harvard…
Un étudiant impressionne les internautes en racontant comment il s’est battu pour faire vivre sa famille et suivre ses cours à Harvard… — Capture Facebook Shannon Satonori Lytle

« Au lycée, je préparais les burgers chez McDonald’s ». Nombreux sont les étudiants n’ayant pas forcément de ressources ou l’appui financier de leurs parents. Or, travailler et suivre des études supérieures en même temps est un casse-tête épuisant qui peut mener à l’échec. Aux États-Unis, un jeune homme tout juste diplômé de la prestigieuse université d’ Harvard a suscité le respect des internautes en racontant sur Facebook son parcours du combattant pour en arriver là.

« Au lycée, je préparais les burgers chez McDonald’s, écrit Shannon Satonori Lytle dans un post Facebook. Je nourrissais et prenais soin de mes bébés triplets jusqu’à ce qu’ils aillent dormir, puis je restais debout jusqu’à 4 heures du matin pour faire mes devoirs. Je rentrais à pied chez moi en passant par des coins dangereux de la ville après mes activités extrascolaires, car je ne pouvais pas me permettre d’avoir une voiture. Je coinçais mon ordinateur à l’extérieur de ma fenêtre la nuit pour voler le wifi de mes voisins et finir mes devoirs. J’ai ignoré ceux qui disaient : « Dans ce coin de l’Ohio, seuls les enfants de docteurs ou d’avocats peuvent aller dans une ‘Ivy Leagues Schools’(les huit prestigieuses universités privées du Nord-Est des États-Unis). À l’université, j’ai paniqué quand mon ordinateur s’est cassé parce que j’avais travaillé 150 heures au salaire minimum pour me l’acheter. J’ai récuré les toilettes, classé des livres et vendu des habits afin de réaliser mes rêves et voyager à travers le monde. Durant ma vie, j’ai manœuvré et quémandé pour la moindre subvention ou le moindre rabais. Je suis le fils d’un travailleur en entrepôt et d’une immigrée ; la première génération d’étudiant. Aujourd’hui, je suis diplômé d’Harvard »

>>À lire aussi: «Omerta à l'hôpital»: Les raisons du mal être des étudiants de santé

Son message a été partagé plus de 185000 fois et liké par de nombreux internautes. L’étudiant a également reçu de nombreux messages de félicitation pour son courage et sa persévérance : « Que Dieu vous bénisse et tous les autres qui comme vous luttent tous les jours et en inspirent d’autres ! », « je t’admire », « travailler dur paye toujours », « je ne te connais pas, mais je suis tellement fier de toi », « j’espère pouvoir rendre mes parents immigrants aussi fiers que tu as rendu les tiens ».

Malheureusement, l'histoire de Shannon Satonori Lytlee n'est pas celle de tout le monde. Selon une étude de l’Insee sortie en 2009, plus un étudiant travaille en dehors des bancs de la fac pendant l’année, moins il a de chances de décrocher son diplôme. L’institut indiquait ainsi que le taux de réussite global à l’examen dépassait les 60 %, mais tombait à moins de 40 % pour une partie des étudiants salariés.