Avec ReCaptcha de Google, plus besoin de prouver que vous n'êtes pas un robot

WEB Le nouveau système de Google reconnaît les humains sans aucun test...

P.B.

— 

Un exemple de Captcha, un test utilisé en ligne pour faire la différence entre les humains et les robots.
Un exemple de Captcha, un test utilisé en ligne pour faire la différence entre les humains et les robots. — GOOGLE

Les lettres presque indéchiffrables à recopier, c’est du passé. ReCAPTCHA, le système racheté par Google en 2009 avait déjà simplifié la vie des internautes avec une seule case « Je ne suis pas un robot » à cocher ou des photos à identifier. Grâce aux progrès des algorithmes, il n’y a désormais plus rien à faire.

Pour briller en société, Captcha est un acronyme pour «Completely Automated Public Turing test to tell Computers and Humans Apart», soit un test de Turing complètement automatisé pour faire la différence entre les humains et les ordinateurs. Historiquement, les ordinateurs ont toujours eu du mal à reconnaître les caractères déformés, mais ils ont fait de gros progrès ces dernières années.

Du coup, le système de Google utilise plusieurs signaux (adresse IP, mouvements de la souris, vitesse de saisie au clavier etc.) pour différencier les humains des bots. Selon Google, cela peut désormais se faire sans action spécifique de l’utilisateur. Un test n’est proposé qu’en cas de doute. Un petit pas pour la technique mais un bond de géant pour l’humanité et les ophtalmos.