Oculus (Facebook) condamné à payer 500 millions de dollars à ZeniMax

TECHNOLOGIE Reconnu coupable de violations de copyright, le pionnier de la réalité virtuelle évite toutefois le pire…

P.B.

— 

Illustration: le casque de réalité virtuelle Oculus Rift.
Illustration: le casque de réalité virtuelle Oculus Rift. — AP/SIPA

La somme est lourde, mais Oculus a évité le pire. Si la filiale de Facebook a été condamnée à payer 500 millions de dollars à l’éditeur ZeniMax, mercredi, le jury l’a innocentée sur la question du vol de secrets industriels. Au final, le fabricant du casque de réalité virtuelle Oculus Rift est condamné pour des violations de copyright et des ruptures de contrat pour avoir débauché chez Zenimax John Carmack, devenu son directeur de la technologie.

Les jurés n’ont trouvé aucun élément de culpabilité pour Facebook lui-même, qui a racheté Oculus pour 2 milliards de dollars en 2014. Ils ont en revanche retenu plusieurs chefs d’inculpation contre Oculus (250 millions de dollars), ses co-fondateurs Palmer Luckey (50 millions de dollars) et Brendan Iribe (150 millions de dollars), ainsi que contre John Carmack.

Lors de la présentation des résultats de Facebook, la directrice des opérations, Sheryl Sandberg, a minimisé le verdict, expliquant qu’il ne menaçait pas l’entreprise. Zenimax peut encore demander une suspension de la vente de l’Oculus Rift mais ses chances d’y parvenir auraient été bien plus élevées en cas de condamnation pour vol de secrets industriels. Zenimax accusait notamment Carmack d’avoir volé du code informatique avant de partir et jurait qu’Oculus n’aurait jamais pu concevoir le Rift sans son aide.