Gilles Boyer, l'ex-bras droit d'Alain Juppé, le troll le plus drôle de la soirée électorale

PRIMAIRE DE LA GAUCHE Celui qui est désormais trésorier de la campagne de François Fillon, a fait de Twitter un de ses terrains de jeu favori...

Delphine Bancaud

— 

 L'ex-bras droit d'Alain Juppé, Gilles Boyer, le 10 novembre 2016.
L'ex-bras droit d'Alain Juppé, Gilles Boyer, le 10 novembre 2016. — UGO AMEZ/SIPA

Parmi tous les commentateurs du premier tour de la primaire de la gauche dimanche sur les réseaux sociaux, il s’est clairement démarqué. Il faut dire que  Gilles Boyer n’en est pas à son coup d’essai. Cet ex-bras droit d’Alain Juppé, désormais trésorier de la campagne de François Fillon, s’illustre régulièrement sur Twitter avec brio et humour. Ironie, provocation, autodérision : tous les registres y passent.

Contacté par 20 minutes, il explique avoir été très inspiré par cette soirée électorale : « Deux mois après notre propre primaire, il y avait des parallèles rigolos à faire », indique-t-il. Et il ne s’en est pas privé, en maniant l’autodérision avec talent. Il a adressé un clin d’œil aux directeurs de campagnes des candidats battus.

Une situation qu’il a lui même vécu lors du premier tour de la primaire de la droite, lorsqu’Alain Juppé est arrivé bon deuxième loi derrière François Fillon, alors qu’il était annoncé comme favori.

Il égratigne tout le monde

N’épargnant personne, Gilles Boyer a souligné les titres, parfois absurdes des médias en ligne :

Les sondeurs en ont aussi pris pour leur grade :

Et le cafouillage du PS concernant les chiffres de la mobilisation lui a donné du grain à moudre :

Une liberté de ton que l’homme assume aisément. « Je trouve l’outil Twitter amusant et je n’épargne personne ni à gauche, ni à droite, ni même moi d’ailleurs. Il n’y a pas de calcul derrière ça. Ces tweets me permettent juste de prendre un peu de distance avec ce que je fais. A droite comme à gauche, on a tous nos turpitudes », explique-t-il à 20 minutes.

Jeux de mots et gifs à gogo

Gilles Boyer est aussi un fan des Gifs, dont il maîtrise l’art, comme il a pu le démontrer ce dimanche :

Et l’homme n’est pas avare non plus en jeux de mots, comme le montre ce magnifique tweet faisant référence à Evry, le fief de Valls et Trappes, celui d’Hamon.

Une popularité croissante sur Twitter

Et l’humour du trésorier de la campagne de François Fillon séduit de plus en plus, car l’homme compte désormais 15.000 abonnés sur Twitter. Sont-ils uniquement des électeurs de droite ? « Je ne pense pas. Mais je sais juste que certaines personnes me découvrent à travers ces tweets. Et ceux qui me connaissent déjà professionnellement, découvrent une autre facette de ma personnalité », s’amuse-t-il.

Dans les faits, ses messages sont suivis de près par les politiques de tous bords. Gilles Boyer est un « sceptique qui ne se prend pas au sérieux », analyse Nicolas de Tavernost dans un article du Monde.

Reste à savoir si sa liberté de ton lui est parfois reprochée… « Je sais juste que Nicolas Sarkozy n’était pas ravi de certains de mes tweets », explique-t-il. Il faut dire que Gilles Boyerlui avait décoché quelques flèches pendant la primaire de droite. Pour les prochains mois, Gilles Boyer ne fait pas de plans sur la comète Twitter : « j’écouterai mon envie de tweeter ou pas », indique-t-il, « mais, je serai vigilant pour ne pas faire de tort à François Fillon », promet-il.