Taxi volant sans pilote: Airbus veut faire décoller un prototype d’ici la fin de l’année

TRANSPORTS L'appareil pourra transporter un passager unique ou des colis...

M.C.
Les première images de l'engin du projet «Vahana».
Les première images de l'engin du projet «Vahana». — Airbus Group

« Il y a un siècle, les transports urbains sont descendus sous le sol. Maintenant, nous avons les moyens technologiques de les faire monter dans les airs. » L’image est belle et les mots choisis pour faire rêver, mais « Vahana », le projet de taxi volant d’Airbus, c’est du solide, affirme l’avionneur européen.

Lundi, Tom Enders, le patron de l’entreprise, a répété lors de la conférence DLD de Munich prendre « très au sérieux » le développement de son engin volant sans pilote, capable de décoller à la verticale grâce à quatre rotors orientables, pour transporter un unique passager ou des colis à travers les airs. Selon lui, un prototype de ce taxi aérien dont des images avaient été dévoilées en octobre dernier pourrait d’ailleurs « fouler le ciel » d’ici la fin de l’année, ouvrant la voie à une exploitation commerciale « dès 2021 ».

Décongestionner les villes

Insistant sur son attachement à ce moyen de transport qui appartient encore à la science-fiction, Tom Enders a noté que celui-ci aurait des effets extrêmement bénéfiques, permettant ainsi de décongestionner les villes et même de les réinventer du point de vue de l’urbanisme : « quand on peut voler, on n’a pas besoin de dépenser des milliards dans des routes et des ponts en béton ».

« Si l’on ignore ces développements, on perdra d’importantes parts de marché de notre secteur », a-t-il même estimé. D’autres acteurs, comme Uber, réfléchissent en effet à leurs propres solutions de transport pour quitter le sol.