Le hotspot wifi d’un Samsung Galaxy Note 7 crée la panique sur un vol Virgin

WIFI Le smartphone de Samsung est interdit sur les vols intérieurs américains, l’avion a failli atterrir en urgence…

P.F.

— 

L'avion de la compagnie Virgin America a bien failli se poser en urgence dans le Wyoming.
L'avion de la compagnie Virgin America a bien failli se poser en urgence dans le Wyoming. — Josh Edelson AFP

Les passagers du vol Virgin America 358 ont bien failli avoir droit à un atterrissage en urgence. C’est Lucas Wojciechowski, un voyageur de ce vol, qui reliait San Francisco à Boston mardi 20 décembre, qui a remarqué que quelque chose clochait à bord. En allumant son ordinateur portable pour se connecter au réseau wifi de l’avion, un autre réseau wifi intitulé « Samsung Galaxy Note 7_1097 » lui a été proposé. Depuis plusieurs incidents impliquant des Galaxy Note 7 ayant pris feu, le modèle de la marque coréenne est pourtant interdit dans les avions survolant les Etats-Unis.

Le jeune homme a donc averti l’équipage. Après une heure de vol, en pleine nuit un appel a demandé au possesseur du Galaxy Note 7 présent à bord de se faire connaître, sans aucune réaction des passagers. Quelques minutes plus tard le commandant de bord a pris la parole. « Ce n’est pas une blague, nous allons rallumer les lumières et fouiller tout le monde jusqu’à ce qu’on le retrouve », a-t-il déclaré. « L’avion va devoir être dérouté puis fouillé si personne ne se manifeste » a-t-il ajouté quelques minutes plus tard sur un ton plus menaçant.

Avion dérouté vers le Wyoming

Lucas Wojciechowski raconte sur son compte Twitter qu’une personne s’est finalement fait connaître auprès de l’équipage expliquant qu’il n’avait pas de Galaxy Note 7, mais que le nom du hotspot wifi de son téléphone avait été modifié et qu’il était bien le possesseur de l’appareil émettant le fameux réseau wifi « Samsung Galaxy Note 7_1097 ».

>> A lire aussi : Galaxy Note 7: Batterie, processeur... Quelles pourraient être les causes de ces explosions?

Peu de temps après un membre d’équipage a pris la parole pour annoncer que l’appareil en question avait été retrouvé et que par chance il ne s’agissait pas d’un Galaxy Note 7. Plusieurs sites internet ont rapporté l’histoire évoquant une blague de mauvais goût. Sur Twitter en réponse aux tweets de Lucas Wojciechowski,un utilisateur a cependant expliqué qu’après être passé du Samsung Galaxy Note 7 au Samsung S7, le hotspot de son téléphone continuait d’afficher « Samsung Galaxy Note 7 », ce qui pourrait expliquer le quiproquo à bord de l’avion. Une théorie appuyée par Lucas Wojciechowski lui-même.

Interrogé parla BBC, le jeune homme a expliqué que Virgin ne semblait pas vouloir porter cette affaire devant la justice malgré le retard pris par l’avion qui avait déjà pris la route du Wyoming pour se poser. La compagnie a en tout cas refusé d’indiquer au site The Register son intention ou non de porter plainte.