Primaire à droite: Sarkozy grille les autres électeurs dans la file d'attente

POLITIQUE Face à l'affluence de votants au bureau de vote de Nicolas Sarkozy, l'ex Président de la République a préféré couper la file d'attente...

H.S. avec AFP

— 

Nicolas Sarkozy et Carla Bruni-Sarkozy lors du premier tour de la primaire de droite le 20 novembre 2016. JACQUES WITT/SIPA
Nicolas Sarkozy et Carla Bruni-Sarkozy lors du premier tour de la primaire de droite le 20 novembre 2016. JACQUES WITT/SIPA — SIPA

Nicolas Sarkozy est un homme pressé. Même un jour d’élection. Ce dimanche 20 novembre, à l’occasion du premier tour de la primaire de la droite et du centre, une séquence a particulièrement retenu l’attention des internautes. Inscrit sur les listes électorales dans le 16e arrondissement de Paris, l’ancien chef de l’Etat a voté en toute fin de matinée, comme ses six concurrents. Mais contrairement aux autres candidats, pas question de faire la queue dans le froid aux côtés des électeurs qui avaient fait le déplacement.

>> A lire aussi : EN DIRECT. Primaire à droite: «Il y a eu 1.138 million de votants» à midi... #RadioLondres se réveille sur Twitter...

La file d’attente visible quelque temps auparavant pour accéder aux deux urnes dans la salle de classe avait été grandement résorbée à son arrivée, et il n’a pas fait la queue, a constaté un photographe de l’AFP. Interrogé par BFM TV après son vote, Nicolas Sarkozy a jugé que tout était « très bien organisé » et que la campagne d’avant premier tour avait été « intéressante, sans incident » et donnant une « image digne de la vie politique ».

Si de nombreux internautes se sont émus du « passe-droit » accordé à Nicolas Sarkozy, il s’agit, en réalité, d’une pratique courante lorsqu’un ancien Président de la République se déplace pour voter. A la mi-journée, le premier tour de la primaire a attiré environ 1.13 million de Français a indiqué le président de la commission d’organisation Thierry Solère, estimant que « les trois millions de votants » seront dépassés au terme de cette journée inédite à droite.

>> A lire aussi : Primaire à droite: Fiscalité, sécurité, fin des 35 heures... Retrouvez les mesures phares de chaque candidat