Nintendo Switch: Toutes les questions qu'on se pose sur la nouvelle console hybride

JEU VIDEO Nintendo Switch sortira au mois de mars...

Philippe Berry

— 

La Nintendo Switch sera lancée en mars 2017.
La Nintendo Switch sera lancée en mars 2017. — NINTENDO

C’est qu’on se serait habitué au nom de code « NX ». Mais il va donc falloir s’y faire, la prochaine console de Nintendo s’appelle la Switch. Et si le constructeur japonais a piqué notre intérêt avec une vidéo de trois minutes et un concept de console transformable salon/portable, qui permet de commencer sa partie de Zelda sur son canapé et de la poursuivre dans le métro, on a encore beaucoup de questions. En voilà 10 pour commencer, en attendant sa sortie, en mars 2017.

1.Quelle est la puissance de la bête ?

On a quelques indices. Nvidia indique que la puce est basée « sur la même architecture que les cartes graphiques GeForce ». Dans la pratique, la console reprend presque exactement le concept de la gamme Shield (portable et tablette K1, qui peuvent se connecter à la télé). Selon des sources de Digital Foundry, la Switch embarquerait une puce Tegra X1 ou X2. Sans connaître les optimisations effectuées, on peut s’attendre à une puissance sans doute légèrement inférieure à celle de la PS4 ou de la Xbox One, ce qui semble inquiétant pour une console censée durer cinq ou six ans. Sans compter que la PS4 Pro et le Project Scorpio de Microsoft arrivent en novembre et en 2017, et devraient être respectivement deux et quatre fois plus puissantes que leurs aînées.

2.L’écran est-il tactile ou pas ?

La vidéo ne donne pas la réponse, et Nintendo non plus. Pourra-t-on utiliser ses doigts ou un stylet ? Ce n’est que de la spéculation, mais on est tenté de dire non. D’abord car Nintendo l’aurait sans doute montré. Et surtout car cela simplifiera la vie des développeurs, qui n’auront pas à jongler entre un gameplay console et tablette. Et puis Nintendo, qui a le potentiel pour cartonner sur mobile après Pokemon Go et l’annonce d’un Mario, a sans doute eu la jugeote de laisser le tactile et le casual aux smartphones.

3.Quelle est la taille de l’écran, et sa résolution ?

6,5 pouces de diagonale, selon une analyse visuelle d’Ars Technica, qui se base sur la taille moyenne d’un stick analogique. Pour la résolution, on l’ignore, mais des fuites estivales parlaient de 720p. Cela semble faible par rapport à nos smartphones actuels mais c’est suffisant pour jouer.

4.Quelle est l’autonomie en mode portable ?

C’est en général le point faible des hybrides. Mais si l’écran est bien limité à du 720p, cela permettrait d’épargner la batterie et de faire mieux que les trois/quatre heures de la Shield K1.

5.Le contrôle gestuel, c’est terminé ?

Là encore, la vidéo ne montre rien. Les deux manettes détachables, baptisées « Joy-Con », rappellent pourtant la Wiimote. Mais comme pour le tactile, le contrôle gestuel ne se prête pas vraiment au jeu nomade.

6.Quid de la rétrocompatibilité ?

Ça dépend avec quoi. La console utilise des cartouches qui semblent différentes de celles de la 3DS, mais un adaptateur n’est pas exclu. Pour les jeux Wii/Wii U en revanche, il faudra voir si Nintendo propose une solution via la console virtuelle.

7.La console servira-t-elle de média center ?

Sur le papier, si elle embarque une puce Tegra, la console peut gérer de la vidéo 4k. Reste à savoir quel système Nintendo a décidé d’installer. Pour l’instant, le constructeur a démenti qu’il s’agissait d’Android.

8.Les partenaires soutiendront-ils la console ?

Le manque de soutien des éditeurs a tué la Wii U, et la Gamecube en son temps. La cinquantaine de partenaires annoncée jeudi est encourageante. Et sous la direction de son nouveau président, Nintendo a fait preuve de davantage de souplesse, notamment sur le mobile.

9.Et le fun ?

C’est peut-être la question la plus importante. La Wii proposait une expérience ludique immédiate, accessible à tous. La Wii U, elle, a semé la confusion par son nom et son gameplay asymétrique complexe. Avec la Switch, Nintendo semble vouloir revenir aux fondamentaux, sans artifice, avec une promesse simple et puissante : jouer quand vous voulez, où vous voulez, seul ou à plusieurs.

10.Combien coûtera-t-elle ?

Le consensus des observateurs ? Entre 299 et 349 euros. On sera peut-être fixé lors de l’annonce des résultats trimestriels ce 26 octobre.