VIDEO. L'entrepreneur australien Craig Wright affirme être le créateur de Bitcoin

WEB Pour préserver ses proches poursuivis par des journalistes, le créateur de la monnaie numérique Bitcoin a décidé de révéler son identité…

V. J. avec AFP
— 
Un café acceptant la monnaie numérique bitcoin à Dublin, le 23 février 2016
Un café acceptant la monnaie numérique bitcoin à Dublin, le 23 février 2016 — LEON NEAL AFP

C’était l’un des secrets les mieux gardés du web. Qui est le mystérieux « Satoshi Nakamoto », le créateur du Bitcoin, la monnaie numérique devenue incontournable ? Après des années de spéculation et plusieurs enquêtes de médias, l’inventeur a choisi lui-même de révéler son identité : Craig Wright, entrepreneur australien.

>> A lire aussi : VIDEO. Un distributeur de bitcoins pour convertir la population au Japon

« Je ne veux pas d’argent, je ne veux pas de gloire, je veux qu’on me laisse tranquille »

Pour prouver que c’était bien lui, Craig Wright a fourni à trois médias (BBC, The Economist et le magazine GQ) des pièces connues comme étant seulement détenues par le créateur de Bitcoin. « Ce sont les lots utilisés pour envoyer 10 Bitcoins à Hal Finney, cryptographe réputé et présenté comme l’un des ingénieurs du Bitcoin, en janvier 2009 lors de la première transaction en bitcoin », a-t-il déclaré.

« J’ai eu l’opportunité d’examiner les données selon trois critères : cryptographique, social et technique, a expliqué Jon Matonis, un économiste et un des directeurs de la fondation Bitcoin, à la BBC. J’ai la ferme conviction que Craig Wright remplit les trois catégories. »

>> A lire aussi : Le mystérieux créateur de Bitcoin, Satoshi Nakamoto, a peut-être été démasqué

Craig Wright a précisé s’être senti contraint de dévoiler son identité pour préserver ses proches, qui sont poursuivis par des journalistes depuis que le magazine américain Wired et le blog Gizmodo ont avancé en décembre 2015 que l’entrepreneur australien était l’un des possibles créateurs du Bitcoin.

« Cela n’affecte pas seulement moi ou mon travail mais aussi ma famille, mes employés et tout le reste, a-t-il dit. Je n’ai pas fait ça parce que je le voulais. Je ne veux vraiment pas être l’image publique de quoi que ce soit. Je veux travailler, continuer de faire ce qui me plaît. Je ne veux pas d’argent. Je ne veux pas de gloire. Je ne veux pas d’adoration. Je veux juste qu’on me laisse tranquille. »