E-mails: Le nombre de spams au plus bas depuis 12 ans

WEB La part des spams dans le courrier électronique est descendue sous la barre des 50%, selon l'éditeur de logiciels antivirus Symantec...

20 Minutes avec agence

— 

Une cyberattaque ciblant une entreprise européenne recensant les spams est l'une des plus importantes jamais vues à ce jour, ont indiqué mercredi des experts en sécurité informatique, l'un d'eux assurant même qu'elle affectait le fonctionnement du réseau internet.
Une cyberattaque ciblant une entreprise européenne recensant les spams est l'une des plus importantes jamais vues à ce jour, ont indiqué mercredi des experts en sécurité informatique, l'un d'eux assurant même qu'elle affectait le fonctionnement du réseau internet. — Lionel Bonaventure AFP

C’est une première depuis 2003 : en juin 2015, la part des spams est passée sous la barre des 50 % (49,7 %). Selon une étude publiée par Symantec, éditeur de logiciels antivirus, si les courriers non désirés sont encore très largement utilisés par les cybercriminels, « ces outils voués à l’escroquerie, la contrefaçon ou la publicité illégale » sont aujourd’hui remplacés par d’autres pratiques de piratage.

Remplacés par les malwares

Ainsi, d’après Symantec, l’apparition des malwares (logiciels malveillants) qui a atteint en juin son plus haut niveau d’attaques des douze derniers mois (57,6 millions de malwares différents sont apparus en juin contre 44,5 millions en mai et 29,2 millions en avril) contribuerait donc à la disparition progressive et bienvenue des courriels indésirables (publicités, annonces, etc.).

A cela s’ajoute bien sûr, les initiatives mises en place par une foule d’entreprises, Google en tête, pour endiguer de manière automatique le flot de spams. Pour preuve, il y a quatre ans, Symantec affirmait que 90 % des mails échangés dans le monde étaient des mails indésirables. Un pourcentage de spams qui ne cessait de rapidement augmenter, alors qu’il n’était que de 14,8 % en 2002.

Malgré la bonne nouvelle, Symantec rappelle que la vigilance reste de mise et qu’il faut réfléchir à deux fois avant d’ouvrir tout mail soupçonneux. Un conseil à prendre au sérieux par les entreprises (PME et TPE) qui, selon l’éditeur d’antivirus, restent davantage la cible des spammeurs avec un taux de spams supérieur à 50 %. Le secteur minier est particulièrement touché avec 56,1 % de courrier indésirable.