Illustration facebook
Illustration facebook — RICHARD B. LEVINE/NEWSCOM/SIPA

HIGH-TECH

Facebook va ouvrir un labo de recherche sur l'intelligence artificielle à Paris

La firme de Palo Alto a déjà ouvert deux sites de ce type en Californie et à New York...

Mark Zuckerberg à la recherche des talents français. Facebook, le réseau social au 1,4 milliard d’utilisateurs, a annoncé ce mardi l’ouverture à Paris d’un laboratoire de recherche sur l’intelligence artificielle qui compte une demi-douzaine de chercheurs issus d’institutions publiques et privées.

Le troisième laboratoire de recherche sur l’intelligence artificielle

Il s’agit du troisième site de ce type pour Facebook - après ceux ouverts en Californie et à New York - qui veut développer des domaines tels que le traitement automatique du langage, la reconnaissance du langage ou la reconnaissance d’images.

« Nous avons choisi Paris pour sa concentration de talents dans le domaine de la recherche en informatique et en intelligence artificielle et avec lesquels nous voulons travailler », a déclaré lors d’un point presse Mike Schroepfer, directeur technique de Facebook.

« Affiner la reconnaissance d’images permettra de donner aux internautes toutes les infos qu’ils veulent, de les trier en fonction de leurs centres d’intérêt », a précisé Mike Schroepfer.

Une équipe de 40 à 50 chercheurs

Yann LeCun, un spécialiste français de l’intelligence artificielle de l’Université de New York recruté fin 2013 par Facebook pour chapeauter ce domaine, a précisé que la reconnaissance d’images permettra également « d’éliminer les spams et, à terme, les vidéos violentes ».

L’équipe FAIR, pour Facebook artificial intelligence research, de Paris compte déjà six personnes et sera dirigée par Florent Perronnin, qui a travaillé dans les laboratoires de Panasonic, en Californie, et de Xerox, à Grenoble.

D’ici la fin de l’année, le laboratoire de Paris devrait travailler avec une douzaine de personnes et, au total « entre 40 et 50 personnes », en comptant les doctorats et post-doctorats, dont 20 à 25 chercheurs permanents.