VIDÉO. L’exosquelette pour randonneur existe, et il fonctionne sans pile

INVENTION En facilitant le travail du mollet, l'appareil, qui s'enfile comme une botte, réduit l'énergie nécessaire pour marcher...

N.Bg.

— 

Démonstration d'un exosquelette facilitant la marche.
Démonstration d'un exosquelette facilitant la marche. — Lisa Lau and Steve Collins / Carneggie Mellon University

Se lancer dans une rando un peu longue, découvrir une ville à pied, passer sa journée de travail debout: dans certaines situations, vos pieds mériteraient bien un petit coup de main. Ce sera possible dans un futur proche, grâce à un exosquelette révolutionnaire développé par des inventeurs américains et présenté mercredi dans la revue Nature.

L’objet se compose d’un câble, d’un ressort et d’un embrayage, qui s’enfilent comme une botte grâce à une armature en fibre de carbone. Le tout ne pèse que 500g par jambe, et permet d’économiser en moyenne 7% d’énergie en marchant sur un terrain plat. Oui, 7% c’est peu, mais c’est la première fois qu’un appareillage fonctionnant sans batterie permet de faciliter la marche à pied, en allégeant la charge de travail du mollet. Et c’est déjà beaucoup.

«C’est quand on les enlève qu’on constate vraiment la différence»

«La première fois qu’on les enfile, ça fait bizarre, mais au bout d’un moment c’est plutôt confortable», témoigne auprès du Guardian l’un des inventeurs de l’objet, qui s’est baladé avec pour quelques balades (voir ci-dessous). «Mais c’est quand on les enlève qu’on constate vraiment la différence: les jambes paraissent lourdes et faibles.»

La paire d’exosquelettes pourrait notamment servir aux personnes à la mobilité amoindrie après un AVC, par exemple, ou aux personnes âgées que la marche à pied fatigue. Mais aussi à tous ceux que l’inconfort d’une marche un peu longue effraye. Plusieurs défauts restent à corriger, comme l’agaçant bruit de grincement que produit chaque pas, ou la quasi-impossibilité de descendre des escaliers en raison de la taille de l’appareillage à l’arrière du talon.

Quand ces problèmes seront réglés, les inventeurs de cet améliorateur de marche à pied (qui n’a pas encore de petit nom) comptent se rapprocher d’une marque d’appareils sportifs pour commercialiser leur exosquelette. Qui, espèrent-ils, ne coûtera pas plus cher qu’une paire de chaussures de ski.