Thermostats et détecteurs de fumée connectés vont s'inviter chez vous

HIGH-TECH Après l’Amérique du Nord et le Royaume-Uni, la firme Nest lance ses produits intelligents pour la maison dans 200 magasins de l’Hexagone ce jeudi (Fnac, Darty, Castorama, etc.)…

Anaëlle Grondin

— 

Le thermostat connecté de la firme Nest.
Le thermostat connecté de la firme Nest. — Nest

Nest va-t-il révolutionner le quotidien des Français? L’entreprise américaine, rachetée par Google en début d’année, a l’ambition de rendre votre maison ou votre appartement «conscient(e)» grâce à son thermostat et son détecteur de fumée connectés, commercialisés en France à partir de ce jeudi.

Les habitudes du foyer enregistrées

Le Learning Thermostat de Nest devrait intéresser tous ceux qui font les yeux ronds en découvrant leur facture de chauffage. Il «peut faire baisser sa facture de chauffage de 15 à 20%», assure Lionel Paillet, en présentant le petit boîtier noir à la presse mercredi. L’appareil doit être branché à un chauffage au gaz, au fioul ou au sol hydraulique (le chauffage électrique est le seul mode qui n'est pas compatible avec la solution de Nest) par des «installateurs formés».

Une fois le système mis en place, il apprend à connaître les habitudes du foyer. Il va savoir, à la longue, la température qui lui convient, et pourra même réduire le chauffage automatiquement aux heures où personne n’est à la maison généralement. Autre exemple, si vous baissez votre chauffage tous les matins en partant au travail à 7h30, Nest le fera pour vous au bout d’une semaine.

Mieux gérer sa consommation d’énergie grâce aux données

«On ne croit pas à l’idée de maison intelligente, mais à celle de la maison consciente. Les objets que l’on réinvente doivent en faire plus pour vous que vous n’en faites pour eux, explique Lionel Paillet à 20 Minutes. On ne se contente pas de numériser des fonctionnalités. Le thermostat n’aura pas besoin d’une action de votre part pour agir.»

Le produit, qui coûte 219 euros, est doté d’une application dédiée (accessible sur iOS, Android et le Web) qui permet d’accéder à toutes les données accumulées sur l’environnement de la maison. «Ces informations vont donner des indications sur l’énergie utilisée chaque mois et permettre de réaliser des économies», ajoute-t-il. 

Le deuxième produit phare de la firme, son détecteur de fumée et de monoxyde de carbone Nest Protect, est capable de vous alerter en cas de danger sur votre téléphone mobile grâce au Wi-Fi. Si vous êtes chez vous, vous serez prévenu par une voix indiquant la pièce concernée par la fumée. Fixé au plafond, Nest Protect existe en deux versions (à pile ou filaire) au prix de 109 euros. Si très peu de Français possèdent à ce jour un détecteur de fumée, ceux-ci deviendront obligatoire dans les logements à partir du 8 mars 2015. Nest compte sur cette loi pour s’inviter dans un maximum de foyers.

Mais où vont toutes les informations collectées sur l’environnement et les habitudes de chaque logement? «Vous contrôlez totalement vos données personnelles. Nous ne les louons pas et ne les vendons pas», rassure Maxime Veron, directeur marketing produit Nest Labs, avant d’expliquer que la firme a engagé ses propres hackers chargés de vérifier qu’il n’est pas possible de s’infiltrer sur les serveurs de la société. «Aucune information n’est partagée avec Google», la maison-mère de Nest, précise  Lionel Paillet. «Nous avons notre propre politique de protection des données. Cela faisait partie des conditions de rachat» négociées avec la firme de Mountain View.