Les Français ont la tête dans le numérique

©2006 20 minutes

— 

Ce n'est plus de la boulimie, c'est de la frénésie. L'an passé, les Français se sont rués massivement sur les produits électroniques avec, selon le bilan annuel de l'institut GfK, 7,3 milliards d'euros d'achats. A elles seules, les ventes d'écrans (5,4 millions de téléviseurs), en progression de 11 % par rapport à 2005, représentent la moitié du chiffre d'affaires du secteur. « Ces produits sont de très loin les locomotives du marché », confirme Claude Floch, directeur du marketing de GfK.

Ecrans plats HD Ready (1,7 million de ventes) et Full HD (35 000) dynamisent l'offre. En conséquence, les Français en pincent pour la réception numérique (TNT, TV par ADSL, offres câble et satellitaires), avec 35 % des foyers recevant des chaînes numériques et des prévisions établies à 50 % courant 2007 et 84 % en 2010, lors de l'abandon de la transmission analogique. « L'écran noir guette les 16 % de foyers qui ne seront pas encore équipés en numérique », prévient-on à GfK.

Autre tendance lourde du marché, un appétit sans faille pour la mobilité. Téléphones (20 millions de ventes en 2006), baladeurs (5,8 millions), systèmes GPS (1,4 million)... les Français ont « mis » plus de 39 millions de produits nomades dans leurs poches l'an passé, contre 35 millions en 2005 et seulement 7 millions en 1990. « Le nomadisme est poussé par l'accroissement de la capacité et de l'autonomie des produits », explique GfK. Qualité et connectivité accrues, volume et baisse des prix expliquent aussi un engouement qui devrait durer. Lequel s'est largement exprimé à travers des achats dans les magasins spécialisés (39 % des ventes). Plus notable, les sites de vente en ligne ont vu leur chiffre d'affaires bondir de 81 % en un an. Selon Claude Floch, « avec 6 % des ventes de produits électroniques, le e-commerce représente désormais un circuit de distribution comme les autres ».

Christophe Séfrin

Toute l'électronique ne profite pas de l'engouement. Première laissée-pour-compte : la hi-fi, avec des ventes en baisse de 11 % en 2006, mais avec de beaux espoirs d'assister à un rebond du marché vers les produits haut de gamme. Autre recul, celui des packs home cinéma (- 22 %). Là encore, un retour en grâce est attendu lorsque les Français auront fini de s'équiper en écrans. Enfin, les ventes de caméscopes déçoivent (- 6 %). Sans doute un problème de « fréquence d'usage et d'arbitrage budgétaire », selon GfK.