«PES 2014» change son style de jeu

Jérôme Comin

— 

«PES 2014» sortira sur PS3 et Xbox 360 à la fin du mois de septembre.
«PES 2014» sortira sur PS3 et Xbox 360 à la fin du mois de septembre. — DR

 Un baroud d'honneur. Dominée par «Fifa» depuis son passage sur Xbox 360 et PS3, la saga «PES» revient cette année avec l’intention de redorer son blason pour cette édition 2014. Sortie le 19 septembre au prix de 39,90 euros, ce «PES 2014» a fait l'objet d'une attention particulière du côté de chez Konami, qui a souhaité renouveler la jouabilité de sa licence tout en renforçant son réalisme.

Le pied sur le ballon

Pour ce faire, «PES 2014» bénéficie du nouveau moteur physique Fox Engine, utilisé pour «Metal Gear Solid V». Et comme ressenti lors de la preview, ce dernier impacte la jouabilité avec une inertie renforcée pour les footballeurs et une vitesse de jeu ralentie. Du coup, les actions sont plus construites et les raids solitaires paient beaucoup moins que dans les versions précédentes. Il faut aussi désormais être plus attentif à sa conduite de balle, sous peine de voir le ballon filer en touche en cas de contrôle approximatif.

En revanche, les frappes sont moins punchy que dans les précédents opus et font preuve d’une mollesse assez désagréable.

Des graphismes aux deux visages

Pour les graphismes, il y a à boire… et à vomir. Si les stars ou les internationaux sont très bien modélisés - le visage de certains d'entre eux est saisissant - les autres footballeurs sont, au mieux, vaguement ressemblants, au pire ratés.

Du côté des contenus, toujours cette impression de naviguer entre le très bon et le manqué. Car si «PES 2014» bénéficie des licences officielles pour la Ligue des champions ou la Ligue Europa, le jeu de Konami ne propose toujours pas la Bundesliga (seuls le Bayer Leverkusen, Schalke 04 et le Bayern Munich sont disponibles) et la Premier League est composée d'équipes aux noms exotiques comme North London ou Merseyside Red.

Un détail, certes, mais qui va obliger les puristes à passer des heures à changer le nom de ces formations et à effectuer tous les transferts récents histoire d'avoir des effectifs un peu plus actuels pour entamer la Ligue des Masters, l’équivalent du mode carrière de «Fifa», en attendant une mise à jour qui tombe à la mi-octobre.

La Ligue des Masters rétrogradée

En parlant de la Ligue des Masters, ce «PES 2014» n'échappe pas cette fois au carton rouge. Certes, il est difficile de rivaliser avec «Fifa» concernant ce mode de jeu, la franchise d'Electronic Arts bénéficiant d'une base de données gargantuesque, mais fallait-il pour autant le bâcler?

Car si «PES 2013» parvenait à plonger le joueur dans l'univers de son club en lui proposant de petites séquences animées lors des points presse, l'édition 2014 est en service minimum: un mercato qui dure moins de six jours, des transferts irréalistes sans négociation (il est possible par exemple de s’offrir Lewandowski et Wilshere pour moins de 20 millions d'euros avec l'OM), pas de cinématique et pas de possibilité de choisir son entraineur ou son recruteur.

Rendez-vous en 2015?

Alors que reste-t-il au final de ce «PES 2014»? Une sensation désagréable d'avoir entre les mains une bêta de ce que pourra être le jeu l'année prochaine. Les bases sont désormais plus solides, avec une jouabilité réaliste qui peut enfin tenir la dragée haute à «Fifa», mais les finitions sont bâclées. Une étape peut-être nécessaire pour Konami pour proposer un «PES 2015» performant l'an prochain sur Xbox One et PS4. Avec le risque de perdre définitivement les fans de la première heure, qui s'épanouissent désormais du côté de la franchise d'Electronic Arts.

>> Et vous, vous êtes plutôt «Fifa» ou «PES»? Partagez vos expériences et livrez vos avis par ici.