«Fifa 14» dévoile les nouveautés de son gameplay

1 contribution
Publié le 6 juin 2013.

JEUX VIDÉO – Premières impressions sur la simulation de football qui sortira au mois de septembre sur Xbox 360, PS3 et PC...

«On lave plus blanc que blanc.» Cette formule, galvaudée par Coluche il y a quelques années, pourrait s’appliquer à chaque nouvelle mouture de «Fifa», tant EA Sports, producteur du jeu de foot le plus vendu au monde, promet tous les ans une simulation encore plus réaliste que la précédente. Et pour ce «Fifa 14», attendu en septembre mais présenté à la presse la semaine dernière dans une version finalisée à 60%, le studio canadien promet une nouvelle fois monts et merveilles.

Les grosses frappes à l’honneur

Tout d’abord au niveau des tirs, avec le concept de frappes pures. «Dans "Fifa 13", les joueurs avaient parfois du mal à comprendre pourquoi ils avaient raté un tir, explique Sebastien Enrique, producteur chez Electronic Arts. Là, on a travaillé sur l’animation pour que la position du pied par rapport à la balle soit plus précise et influence ainsi pleinement les trajectoires données au ballon.» Ce dernier fait aussi l’objet d’une attention particulière pour coller aux dernières évolutions apportées par les fabricants. «Les ballons ont beaucoup changé ces dernières années et cela joue sur leurs trajectoires», insiste Sebastien Enrique. Manette en main, la différence avec l’opus précédent se fait sentir, surtout lors de frappes flottantes effectuées par des spécialistes du genre comme l’ailier de Tottenham Gareth Bale, dont les tirs sont reproduits de façon épatante.

Les pieds ancrés dans la réalité

Mais l’évolution la plus notable se fait surtout sentir au niveau de l’inertie des joueurs. Dès les premières minutes de jeu, leurs courses semblent plus lourdes et les changements de direction moins radicaux, offrant une décomposition des mouvements beaucoup plus poussée. «On a décidé de vraiment respecter la façon dont les pieds des footballeurs se plantent dans le sol, notamment quand ils changent de direction, précise-t-on du côté d’Electronic Arts. Contrairement à "Fifa 13", on n’aura plus l’impression de voir "flotter" les joueurs au-dessus de la pelouse sur certaines phases de jeu.»

 

 

Si, à l’écran, la différence n’est pas fondamentale au premier abord, cette décomposition des mouvements se fait sentir au fil des parties: la façon dont le poids d’un footballeur joue sur ses appuis lors de ses courses et la multiplication de petits pas qu’il doit faire pour s’arrêter fini même par influencer le gameplay car il est nécessaire de réfléchir avant de se lancer dans un rush le long de la ligne de touche sous peine de finir lamentablement en 6m. «D’autant que ce phénomène sera différent selon le joueur utilisé, glisse Sebastien Enrique. Messi ne met pas le même temps que Puyol pour stopper sa course…»

Morphologie toujours, EA Sports a aussi décidé de renforcer la protection de balle, notamment en phase offensive, que ce soit à l’arrêt ou lors de dribbles. «Cela va aussi modifier le gameplay car cela permet de développer le jeu en possession», conclut Sebastien Enrique.

Graphiquement assez proche de l’opus 2013, ce nouveau Fifa semble au final proposer plus de petites évolutions qu’une grande révolution en termes de gameplay. Certes, le jeu renforce chaque année son niveau de réalisme, mais les habitués devront sûrement attendre les versions Xbox One ou PS4 pour prendre une vraie claque.

Jérôme Comin
publicité
publicité
publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr