Lens: Quand Le Louvre cultive l'espoir

ECONOMIE Les Lensois attendent beaucoup du musée, qui a été inauguré officiellement ce mardi...

Gilles Durand

— 

L'antenne du Louvre à Lens a déjà été adoptée par la population nordiste, qui a multiplié les projets parfois insolites.
L'antenne du Louvre à Lens a déjà été adoptée par la population nordiste, qui a multiplié les projets parfois insolites. — M. Libert/20 Minutes

Le Louvre-Lens sur toutes les lèvres. Mardi, jour de l'inauguration officielle de l'antenne du musée parisien, les riverains montraient leur satisfaction. «Les gens avaient hâte que le chantier se termine, raconte un riverain. On n'en pouvait plus des travaux, des camions et des routes barrées.»

Dans la soirée, les Lensois avaient enfin le droit de visiter «leur» Louvre, après les journalistes et les personnalités. Mais seulement sur invitation et justificatif de domicile, d'après des personnes rencontrées. Un regret car l'endroit fait envie. «Je ne suis jamais allé dans un musée, avoue un client du Derby, un café voisin. Mais j'allais jouer et chercher mon père à la fosse à cet endroit-là quand j'étais jeune.»

«On attend les retombées»

Certains avaient pourtant réussi à le visiter avant l'heure. «Il est magnifique, mais n'écrivez pas que je l'ai déjà vu, car je n'avais pas le droit», rigole un voisin. Sa femme, pour sa part, connaît déjà l'étendue précise du projet de parc encore en friche. «J'en ai vu quelques parties en faisant mon jogging, ça va être très beau», glisse-t-elle, précisant même où seront les sanisettes autonettoyantes.

En face de l'entrée du musée, Gaëtan Anguise, gérant du café Le Pot à Tabac, est prêt à se frotter les mains: «Le projet a pris deux ou trois ans de retard, alors, maintenant, on attend vraiment les retombées. Mais on a bon espoir.» Au Derby, Jacques Duhamel souhaite, au contraire, céder son café: «Je suis à la retraite depuis quatre ans. J'attendais l'ouverture du musée avec impatience.» Avis aux amateurs. Partout, les mêmes attentes, plutôt économiques qu'artistiques, néanmoins. Et les premières déceptions. «J'ai postulé pour un emploi, mais le recrutement était opaque, assure Lucie. Je me suis rendu compte, comme d'autres, qu'il valait mieux connaître quelqu'un de bien placé.»

Manifestation

Durisotti, Eon, Doux, hôpital de Lens… Une centaine de manifestants s'étaient donné rendez-vous devant le Louvre-Lens, mardi matin, pour l'inauguration en présence du président de la République. Ils protestaient contre les plans sociaux et les fermetures d'usine dans la région.