Interdiction des moteurs thermiques: l’Allemagne va-t-elle monter au front ?

Auto Validée par le Parlement Européen il y a quelques jours, la fin des ventes de voitures thermiques dès 2035 semble promettre des négociations compliquées avec certains états membres, à commencer par l’Allemagne.

Stéphane Lémeret
— 
Interdiction des moteurs thermiques en 2035 - image d'illustration
Interdiction des moteurs thermiques en 2035 - image d'illustration — DR

C’est décidé, à partir de 2035, la vente de voitures à moteurs thermiques sera interdite en Europe. Mais la partie est loin d’être jouée. Car pour entériner la mesure, la Commission Européenne doit négocier avec les différents états membres. Or, Christian Lindner, le ministre fédéral allemand des Finances, a d’ores et déjà annoncé que son gouvernement n’était pas favorable à la fin des moteurs thermiques en 2035. Selon le Financial Times, l’homme aurait remis en cause l’efficacité d’une telle mesure, expliquant que les Européens pourraient de toute façon acheter des voitures thermiques en dehors de l’Europe. Christian Lindner, qui est aussi à la tête du parti libéral, a cependant cherché à nuancer son propos, en affirmant que l’Allemagne continuerait à être l’un des plus gros marchés de véhicules électriques.

La position de Christian Lindner sera-t-elle adoptée par l’Allemagne ? Les ministres Verts de l’actuelle coalition gouvernementale ne semblent en tout cas pas de cet avis. Un porte-parole de Steffi Lemke, ministre écologiste en charge de l’environnement, a d’ailleurs affirmé que le gouvernement soutenait pleinement la fin des moteurs thermiques en 2035. A suivre…