GPL: Le pari gagnant du Groupe Renault

Auto À la mode dans les années 80/90, le LPG est peu à peu tombé en désuétude. À quelques courtes tentatives près, tous les constructeurs s’en sont détournés. Tous, sauf le Groupe Renault qui, via Dacia, y croit encore.

Stéphane Lémeret
— 
Dacia Jogger
Lancer le diaporama
Dacia Jogger — DR

Et à raison, puisque l’alliance franco-roumaine récolte aujourd'hui les fruits de sa persévérance : avec la flambée des prix à la pompe, le GPL est plus courtisé que jamais. Son atout : le prix. Mais pas que... Car le GPL permet aussi de réduire les émissions de CO2.

Mal aimé parce que méconnu

Le GPL (pour gaz de pétrole liquéfié) a pourtant souffert d’idées préconçues, du style "c’est dangereux et ça pollue". Mais la hausse constante des prix des carburants traditionnels (surtout dernièrement), l'a remis sur le devant de la scène. Dacia a lancé dès 2010 un premier modèle équipé de série d’une bicarburation essence-GPL. Plus besoin de s’adresser à un transformateur : la voiture sort d’usine avec un moteur adapté, un réservoir parfaitement intégré, et même à présent un ordinateur de bord doté d'une double jauge et d'un affichage de conso du GPL.

Dacia et le GPL, un mariage de raison
Dacia et le GPL, un mariage de raison - DR

Pour Dacia, le pari du GPL est payant. Leurs Sandero, Duster et Jogger ECO-G conquièrent en effet un public de plus en plus large. Un succès dû au prix d’achat très attractif, mais aussi au coût d’utilisation quasi imbattable. Car même si le litre de GPL a doublé en un an, il reste plus d’un euro moins cher que l’essence, ce qui compense largement les 15% de surcroit de consommation.

Dacia et le GPL, un mariage de raison
Dacia et le GPL, un mariage de raison - DR

Loin pour pas cher

Avis aux grands voyageurs : le moteur Dacia EGO-G 100 permet souvent de couvrir plus 1000 km avec le plein… de deux réservoirs, puisque celui d'essence est conservé. Avec en prime un bon bilan environnemental, la combustion du GPL rejetant 10% de CO2 en moins que l’essence, et pratiquement pas de particules fines. Tout cela avec des caractéristiques mécaniques dans la norme, reprises et agrément de conduite sont donc au rendez-vous. Sachant qu'une Dacia GPL n'est pas plus chère qu’une version essence, et qu'elle est couverte par une garantie de 3 ans / 100.000 km, pourquoi se priver ?