Essai DS 9: Le jour de gloire est arrivé ?

Auto Six ans après s'être établie comme marque, DS lance enfin ce qu'on attendait d'elle : une berline de standing. Celle que l'on a tous envie de voir comme l'héritière de la DS. Mais on ne doit pas.

Stéphane Lémeret pour 20minutes

— 

DS9 Lancer le diaporama
DS9 — DR

Depuis le début, ça nous est répété. La DS originelle était une Citroën, et elle le restera. A peu près tout ce qui avait rendu le modèle si emblématique, comme le design avant-gardiste et l'innovation au service du confort, reste l'apanage de Citroën. La marque DS n'a hérité que d'une seule chose : le luxe à la française. Et elle s'est donnée la mission de réinventer ce concept, de le dépoussiérer, pour en faire ce qu'il a cessé d'être il y a une vingtaine d'années : une alternative à la domination allemande dans le monde du premium.

DS9
DS9 - DR

Tout cela, vous le saviez déjà. Mais ce n'est pas tant à vous que nous le répètons qu'à nous-mêmes. Comme pour nous obliger à l'accepter. Car nous avons encore un peu de mal à renoncer au secret espoir de voir un jour une vision néo-rétro de la "vraie" DS. Il nous faut donc nous efforcer de ne pas chercher ici la moindre référence à l'illustre Citroën. On dirait toutefois que même chez DS, on n'a pas pu complètement résister. En témoignent les petits rappels de clignotants aux coins supérieurs de la lunette arrière. Mais à part ça, il faut apprécier la voiture avec un regard neuf, avec d'autres références. Celles des concurrentes directes de la DS 9 en termes de prix : Mercedes Classe C, BMW Série 3 et Audi A4. Voire même les Classe E, Série 5 et A6, en termes de dimensions.

DS9
DS9 - DR

L'art du détail

Sur le plan esthétique, on ne peut pas dire que la comparaison démarre en fanfare. Car contrairement à la légendaire Citroën qu'il nous faut oublier, la DS 9 ne dénote pas vraiment. En tout cas de prime abord. Ses formes générales ne sont ni plus conservatrices, ni plus originales que celles de ses rivales. C'est une berline presque classique, si ce n'est qu'elle est la seule de la catégorie à ne pas adopter le profil "à coffre". Mais DS aime faire le parallèle entre ses voitures et les produits de luxe Made in Paris. Maroquinerie, orfèvrerie, haute couture… Des produits caractérisés par le souci du détail.

DS9
DS9 - DR

De fait, quand on s'approche, on commence à voir que la DS 9 est loin d'être ordinaire. Il y a le "sabre" de capot en alu guilloché, il y a les phares effet diamant, il y a les feux arrière en écaille, il y a les poignées de portes rétractables, la calandre effet 3D très travaillée… Oui, la DS 9 pourra vous passer à côté sans que vous la remarquiez. Mais quand vous serez près d'elle au feu rouge ou dans les bouchons, que vous aurez le temps de l'observer, tous ces petits détails finiront par laisser une très belle impression, et par convaincre qu'effectivement, la DS 9 est différente.

Autre vision

Et puis il y a l'habitacle. C'est indiscutable : DS tient sa promesse de proposer une vision alternative du luxe. Les différentes ambiances proposées sont toujours d'un goût exquis, d'une harmonie parfaite et d'une très grande qualité. DS souligne d'ailleurs un peu perfidement que de plus en plus souvent, même les Allemands "contrôlent les coûts" en rabotant ci et là sur la noblesse des plastiques. Ce n'est pas faux, et il est vrai que trouver des plastiques indignes dans la DS, c'est pas facile. Mais bref, que ce soit l'Alcantara, le cuir matelassé façon sac Channel ou le cuir plein, la peau tendue sur la planche de bord jusqu'à la base du pare-brise, les désormais fameux sièges au look bracelet de montre, les surpiqûres perlées, les éléments de commande (volume audio, vitres électriques, etc.) finement ciselés… Non, vraiment, c'est beau. C'est même hautement distingué. C'est, on y revient, vraiment différent. Si bien que les intérieurs des autres marques semblent soudain très standardisés. Or quoi de moins exclusif que la standardisation ?

DS9
DS9 - DR

La DS 9 met aussi le paquet sur le plan technologique. Ca passe bien sûr par le système multimédia connecté on ne peut plus complet, avec un écran tactile de généreuses dimensions. Quant au tableau de bord numérique configurable, il laisse une impression ambivalente. D'un côté, son design est peut-être trop "spécial". C'en est déstabilisant, presque dérangeant au départ. D'autre part, c'est aussi une façon d'affirmer une différence. D'ailleurs, les tableaux de bords inventifs, parfois au détriment de la lisibilité, n'était-ce pas une signature de la maison ?

DS9
DS9 - DR

Dans l'air du temps

Sur le plan mécanique, la DS 9 est dans l'air du temps, puisqu'elle ne propose qu'un moteur essence classique de 225 ch (modèle de base à 47.700€), et fait la part belle à l'hybride Plug-in. Deux versions sont proposées au lancement. Dans la première, le 1.6 essence et le moteur électrique délivrent ensemble 225 chevaux. Dans la seconde, la E-Tense 4x4, un second moteur électrique sur le train arrière permet d'obtenir la bagatelle de 360 chevaux. Les connaisseurs ont reconnu la mécanique de la géniale Peugeot 508 PSE. Une version de 200 ch est aussi évoquée. La DS reçoit bien sûr des batteries de 11,9 kWh, qui promettent une autonomie maximale de 48km, et permettent d'homologuer la version 225 chevaux à 1,5 l/100 km et 33-35 gCO2/km.

DS9
DS9 - DR

Nous avons essayé la version 225 chevaux, dont la mécanique est, sur la route, comme elle est dans les autres véhicules du groupe : vigoureuse, souple, bref, agréable. Rouler en mode électrique est par ailleurs ici particulièrement indiqué, puisqu'on parle d'une voiture aux très hautes prétentions en matière de confort. Et nous y voilà… Le confort, LE point qu'on ne peut s'empêcher de dissocier des lettres D et S.

Occasion manquée ?

Sur le plan de l'habitabilité, c'est parfait. La DS 9 repose sur la plus longue version de la plateforme qui porte aussi la Peugeot 508, et elle profite du coup des plus généreuses place arrière de son segment. La 9 reçoit aussi en série des suspensions pilotées, préparées aux irrégularités du sol grâce aux scanners qui lisent la route devant la voiture. Coquetterie qu'on ne trouve chez les Allemands que deux catégories plus haut. Le système est réellement efficace. Pas de quoi totalement effacer les bosses et les creux, mais de quoi en arrondir sensiblement les angles, et proposer un confort plus ouaté qu'ailleurs. Mais on se demande pourtant si DS n'a pas loupé une ou deux occasions.

DS9
DS9 - DR

Par exemple, nous aurions bien vu une direction plus assistée, quitte à sacrifier un peu d'impression de précision pour plus de douceur. En ça aussi, elle se serait différenciée des Allemandes. Mais plus important encore : pourquoi des sièges aussi fermes quand chez Citroën, le corps est caressé par des mousses magiques ? "Parce que nous tenons à bien différencier les marques", répond DS. Mais qui diable va encore confondre les deux marques ? Et "à cause" de sièges trop moelleux ? Franchement, n'est-ce pas bizarre de sentir son corps mieux accueilli dans une C3 que dans une DS 9 ? Nous trouvons que oui. Et nous trouvons que c'eût été la différence ultime par rapport aux sièges allemands, souvent un poil trop durs.

DS9
DS9 - DR

Le diable est dans les détails. Et bien qu'un détail pêche dans la DS 9, tous les autres lui permettent de réussir son défi : être différente, sans être moins bien. Est-ce le retour en gloire de la France dans l'univers premium ? On le souhaite, pour le bien de la diversité.

La DS 9 E-Tense 225 en quelques chiffres

  • Moteur : 4 cyl., essence, hybride plug-in, 1.598cc ; 225ch ; 360Nm
  • Transmission : aux roues avant.
  • Boîte : auto 8 rapports
  • L/l/h (mm) : 4.934/1.932/1.460
  • Poids à vide (kg) : 1.839
  • Volume du coffre (l) : 510
  • Réservoir (l) : 42
  • Autonomie électrique (km) : 48
  • 0 à 100 km/h (sec.) : 8,3
  • Vitesse maxi (km/h) : 240
  • Conso. Mixte (l/100km) : 1,5
  • CO2 (g/km) : 33-35
  • Prix (€) : 55.000