Strasbourg : Le logo de la Collectivité européenne d’Alsace (CEA) bientôt autorisé sur les plaques d’immatriculation

HOP LA ! A partir du 1er janvier 2021, il sera possible d’avoir une plaque d’immatriculation avec l’identifiant territorial de la Collectivité européenne d’Alsace (CEA)

Gilles Varela

— 

Illustration. Alsace. Réserve naturelle à Sélestat.
Illustration. Alsace. Réserve naturelle à Sélestat. — G. Varela / 20 Minutes

C’est officiel et cela devrait réjouir bon nombre d’Alsaciens. Il sera bientôt possible d’arborer sur sa plaque d’immatriculation l’identifiant territorial de la future Collectivité européenne d’Alsace (CEA) – actée en août 2019. Et cela en toute légalité. Une information qui pourrait paraître bien futile en ces temps de crise sanitaire mais qui souligne toutefois une symbolique forte et de longs combats menés depuis 2015 par les élus alsaciens pour la fusion des départements du Bas-Rhin et du Haut-Rhin. Un rapprochement qui prendra forme dans les faits dès le 1er janvier prochain.

C’est la présidente du conseil départemental du Haut-Rhin, Brigitte Klinkert, qui a dégainé en premier et annoncé la bonne nouvelle sur son compte Twitter ce dimanche soir. Un tweet non sans humour et un soupçon de dépit. L’élue indique en effet qu’il faudra encore attendre 229 jours pour en finir avec « les autocollants et la débrouille » pour afficher l’Alsace fièrement » sur les plaques d’immatriculation.

« Un symbole fort ! »

Une annonce sur les réseaux sociaux suivie de près par celle du président du Bas-Rhin, Frédéric Bierry, qui souligne qu’il s’agit « d’un changement écrit noir sur blanc au Journal officiel, dans un arrêté ». Un arrêté qu’il a pris soin de joindre à son tweet… C’est enfin arrivé, pourrait-on presque traduire…

Brigitte Klinkert souligne encore que la CEA rejoint les 13 régions dans la liste des collectivités dont l’identifiant est autorisé officiellement. « Un symbole fort ! » conclut la présidente du Haut-Rhin. Mais encore un peu de patience pour ceux qui se demandent à quoi ce logo va bien pouvoir ressembler : rien n’est pas encore formalisé et une consultation en ligne permettra prochainement aux Alsaciens de voter et de choisir entre plusieurs propositions.