Salon de l'auto 2018: Un anniversaire dans le doute

MONDIAL DE L'AUTO Deux jours avant son ouverture au public, la planète automobile s’est réunie à la Porte de Versailles pour inaugurer le Mondial de l’Automobile qui célèbre cette année ses 120 ans. Un anniversaire célébré avec force de nouveautés et de concepts, mais entaché par l’absence de quelques convives de renom, en plein questionnement sur l’avenir du secteur...

20 Minutes avec agences

— 

Les concepts et nouveautés ne manquent pas au Mondial ! Mais parviendront-ils à éclipser les préoccupations majeures du monde automobile ?
Les concepts et nouveautés ne manquent pas au Mondial ! Mais parviendront-ils à éclipser les préoccupations majeures du monde automobile ? — © Renault

Comme chaque année paire, c’est à Paris que revient l’honneur d’héberger la grand-messe automobile du début de l’automne. Cette édition 2018 est particulière pour la capitale puisqu’elle marque le 120ème anniversaire de celui qu’on appelle désormais Mondial de l’Automobile. Doyen des salons existants, et leader de la fréquentation avec plus d’un million de visiteurs à chaque édition, Paris a sorti ses plus beaux atours pour laisser briller les nombreuses Premières qui jalonnent ses allées.

De nombreux constructeurs absents

Pourtant, quelques ombres viennent ternir cette célébration : la défection de nombreux constructeurs. Au moins vingt d’entre eux, parmi lesquels des poids-lourds du marché, manquent à l’appel. Citons notamment Volkswagen, Ford, Fiat, Opel ou encore Volvo. De quoi confirmer le désamour des constructeurs pour les salons historiques, comme c’était déjà le cas à Detroit ou Francfort. Une tendance qui trouve sa source dans plusieurs facteurs, entre la multiplication des événements ciblés pour une clientèle précise, les investissements colossaux initiés par la course à la voiture électrique, ou encore l’organisation de micro-événements dédiés à la présentation de nouveaux modèles, qui permettent d’éviter d’être noyé dans la masse des nouveautés.

De nombreuses incertitudes

Ces défections traduisent aussi les nombreuses incertitudes qui planent sur l’automobile mondiale, et plus encore européenne. Il y a bien sûr la voiture électrique, toujours en attente de rentabilité, mais aussi les doutes quant au Brexit, et les conséquences d’un Brexit « dur », sans accord, sur les constructeurs britanniques, et les nombreuses marques produisant outre-Manche. A cela s’ajoutent les questionnements face au déclin du diesel, aux menaces commerciales brandies par l’Amérique de Donald Trump, ou encore au ralentissement de la croissance sur les premiers marchés mondiaux. Sans oublier le désintérêt croissant des jeunes générations pour l’automobile.

Les deux-roues font leur apparition

Pour continuer à séduire et répondre à ces nouveaux enjeux, le Mondial de l’Automobile s’est renouvelé pour cette édition 2018, se voulant désormais un salon de la mobilité au sens plus large. C’est ainsi que les deux-roues font leur apparition, dans le bien-nommé Mondial de la Moto, mais aussi une piste d’essai de nouvelles solutions de mobilité électrique.

Le Mondial de l’Automobile ouvrira ses portes jusqu’au 14 octobre.