Le Britannique Mark Cavendish, poussé mardi dans les barrières par Peter Sagan, qui a été exclu pour ce geste, n’est pas hyper confiant quant à sa capacité à continuer le Tour de France au-delà de la quatrième étape à Vittel.

« En termes de douleur, je me suis déjà blessé deux fois à l’épaule auparavant et cela est plus douloureux maintenant que cela l’avait été. Cela ne me rend pas très optimiste mais je ne suis pas docteur », a indiqué « Cav », le coureur en activité qui a gagné le plus grand nombre d’étapes du Tour (30), en sortant du camion de radiologie.

Le médecin de son équipe Dimension Data, Adrian Rotunno, a assuré pour sa part que les premières radios ne « révélaient ni dislocation ni fracture ». « A part quelques écorchures, il va bien mais nous avons besoin de faire d’autres images pour exclure d’autres blessures moins visibles » et être en mesure de savoir « s’il peut poursuivre » le Tour, a-t-il ajouté avant de se rendre à l’hôpital avec le coureur.

Interrogé sur le geste de Sagan et sa disqualification, Cavendish s’est dit « un peu gêné par le (coup de) coude » du Slovaque tout en le remerciant d’être « venu immédiatement (le) voir après l’arrivée ». « J’ai une bonne relation avec Peter, je veux parler de cela avec lui », a-t-il conclu.