Google promet un téléphone-traducteur d'ici «deux à trois ans»

HIGH-TECH 20minutes.fr a rencontré Alfred Spector, vice-président en charge de la recherche et des projets spéciaux»...

Philippe Berry, avec Sandrine Cochard

— 

«Google développe des logiciels pour le premier téléphone capable de traduire des langues étrangères presque instantanément –comme le poisson Babel dans The Hitchhiker's Guide to the Galaxy». Cette première phrase semble tout à fait normale. Pourtant, elle vient d'une traduction automatique de Google d'un article du Times. Certes, il y a bien ici ou là quelques tournures maladroites et une ou deux phrase obscures. Mais les progrès réalisés (également vrai du côté de Microsoft) ces dernières années sont bluffants.
 
Parallèlement, Google propose également un système de transcription voix vers texte (dans Google Voice ou avec des sous-titres automatiques dans quelques vidéos YouTube). Et expérimente également dans l'autre sens texte vers voix (exemple ici en cliquant sur le haut parleur). Secouez tout ça: vous disposez de tous les ingrédients pour un téléphone capable de traduire une conversation d'une langue dans une autre. Quand? «Dans deux ou trois ans», selon Alfred Spector, vice-président en charge de la recherche et des projets spéciaux chez Google, que 20minutes.fr a rencontré à Paris jeudi. Le futur imaginé par tous les auteurs de science-fiction, qui fuit les linguistes/informaticiens depuis les années 60, est-il si proche? Pas si vite.
 
De sérieux défis
 
Le langage est un outil d'une rare complexité. Comme l'explique à 20minutes.fr Ken Church, directeur de recherche au Human Language Technology Center of Excellence de l'université Johns Hopkins, avec un nombre fini de fonctions grammaticales et un nombre fini de mots, nous pouvons former un nombre infini de phrases.
 
Par conséquent, certains linguistes pensent que la machine ne sera jamais capable de saisir et retranscrire toutes les subtilités d'une langue, sans même parler du challenge posé par la transcription voix → texte, qui reste encore très médiocre dans Google Voice.
 
Franz Och, à la tête du traduction de Google, explique cependant au Times que «si chacun à une voix différente (accent, hauteur), la reconnaissance vocale va progresser avec un téléphone portable personnel qui 's'habitue' à la voix de son propriétaire et apprend des précédentes requêtes».
 
Intelligence artificielle vs intelligence de de la foule
 
Supposons que la partie voix → texte s'améliore rapidement (l'autre sens texte → voix est mieux maîtrisé). Traduire la version «texte» d'une conversion téléphonique est beaucoup complexe que de traduire un document officiel. Les structures de l'oral sont souvent moins rigoureuses. Comment un programme peut-il y parvenir?
 
«Une meilleure maîtrise du langage par les machines peut passer par des progrès en intelligence artificielle. Google a cependant jusqu'ici plutôt concentré son effort sur le crowd-sourcing: ils scannent des millions de textes, le système les analyse et des internautes peuvent proposer une meilleure traduction d'une tournure, ce qui permet au programme 'd'apprendre'», détaille Ken Church. Alfred Spector lui, préfère parler «d'intelligence hybride, avec l'association de l'homme et de la machine».
 
Traduire une conversation téléphonique en temps réel n'est pas forcément le but de Google à court terme. Alfred Spector voit plutôt un usage «pour aider un touriste égaré». Mais dans un futur plus lointain, l'entreprise pourra toujours compter sur des progrès de la communication sub-vocale (des électrodes placées sur les cordes vocales permettent de traduire les signaux envoyés par le cerveau, même si les mots ne sont pas prononcés). Douglas Adams et les créateurs de Star Strek devront quand même patienter un peu avant l'arrivée d'un traducteur universel.
49 langues

De cinq en 2001, Google Translate propose aujourd'hui 49 langues, dont certaines très spécifiques comme le Swahili ou le Yiddish. L'ambition de l'entreprise est de parvenir à un TTS (totally transparent system), que ce soit pour le texte, l'audio ou les vidéos.

Mots-clés :