L'iPhone X à partir de 1.149 euros, est-ce bien raisonnable?

TECHNOLOGIE Apple lance l'iPhone le plus cher de son histoire...

P.B.

— 

Le vice-président d'Apple en charge du marketing, dévoile le prix de l'iPhone X, le 12 septembre 2017.

Le vice-président d'Apple en charge du marketing, dévoile le prix de l'iPhone X, le 12 septembre 2017. — M.J.SANCHEZ

Il coûte aussi cher qu’un SMIC net mensuel. A 1.149 euros pour la version 64 Go et 1.329 euros pour 256 Go, l’iPhone X, dévoilé mardi par Apple, dépasse allégrement la barre des 1.000 euros déjà touchée par le Galaxy Note 8 de Samsung. Et Apple devrait en écouler des millions d’exemplaires à partir du 3 novembre.

« Le marché premium des smartphones à 1.000 dollars n’est pas pour tout le monde », reconnaît Brian Blau, analyste chez Gartner. Mais selon lui, le design futuriste de l’écran sans bord et la qualité de l’appareil photo « devraient attirer une audience assez large ». Surtout, rappelle l’expert, tout le monde ne paie pas son iPhone plein pot. Il y a :

  • Ceux qui l’achètent dans le cadre d’un abonnement de deux ans. Orange propose par exemple encore le Galaxy Note 8 à 399 euros. On pourrait donc voir une offre autour de 499 euros pour l’iPhone X.
  • Ceux qui louent leur iPhone pour avoir le dernier modèle chaque année, avec une offre aux Etats-Unis à 34.50 dollars mensuels pour l’iPhone 8 et de 50 dollars pour l’iPhone X. Apple ne propose pas encore ce contrat en France, mais la Fnac commercialise une location sur 24 mois.
  • Ceux qui revendent leur ancien iPhone, directement à Apple ou en ligne, et peuvent en tirer entre 200 et 400 euros selon l’âge et le modèle.

Une gamme iPhone segmentée en cinq

Si l’iPhone X était le seul smartphone commercialisé par Apple, son tarif serait suicidaire. Mais la marque à la pomme a segmenté son offre en cinq, du milieu de gamme jusqu’au premium, avec l’iPhone SE (419 euros) jusqu’à l’iPhone X (1.129 euros).

Au final, si le prix de nos smartphones est globalement à la hausse, le tarif des forfaits en France, avec la disparition des offres subventionnées, a été divisé par deux entre 2010 et 2015. Pas sûr que cela suffise à faire passer la pilule cette fois…

Mots-clés :