Comment les ultraconservateurs récupèrent le licenciement d'un employé de Google

SEXISME L’homme expliquait que la faible présence des femmes dans le domaine technologique était liée à des facteurs « biologiques »…

N.R.

— 

Le logo du navigateur Chrome de Google.

Le logo du navigateur Chrome de Google. — M. Lennihan/AP/SIPA

L’alt-right tient son nouveau cheval de bataille, après le renvoi par Google d’un ingénieur. Ce dernier affirmait dans une note de blog que « les choix et les capacités des hommes et des femmes divergent, en grande partie en raison de causes biologiques ». Selon lui, cela expliquait la sous-représentation des femmes dans la tech.

>> Lire aussi : L’ingénieur de Google auteur d’un blog sexiste a été licencié

Immédiatement repérée par plusieurs médias qui avaient qualifié le raisonnement de « sexiste », la note est devenue virale sur les réseaux sociaux. Si le PDG de Google, Sundar Pichai a défendu le droit des employés à s’exprimer, il a également affirmé que « suggérer qu’un groupe de nos collègues a des traits qui les rend biologiquement moins adaptées à ce travail est offensant ».

« Paralyser » Google 

Il n’en fallait pas plus pour déchaîner les militants alt-right, proches de la mouvance ultraconservatrice américaine. Sur les forums, plusieurs messages critiquaient violemment Google, par exemple avec un détournement laissant entendre que l’entreprise était sous l’emprise de groupes féministes :

D’autres utilisateurs appellent même à « paralyser » Google en créant des comptes pour y télécharger des tonnes de données, et ainsi remplir les serveurs de la firme. « Ils doivent stocker ces données pour toujours, sans que cela ne vous coûte quelque chose » affirme un utilisateur du forum 4chan :

Cette campagne en rappelle d’autres : les fake news  propagées au moment de la campagne présidentielle américaine, ou encore des intox après les frappes aériennes en Syrie.

>> Lire aussi : Comment se fabrique et se propage une «fake news»?