«Alerte Financement», cette plateforme créée par un restaurateur qui dénonce le refus de crédits aux entrepreneurs

INTERNET Les informations publiées seront transmises aux décideurs politiques et économiques, ainsi qu’aux candidats à la présidentielle…

20 Minutes avec agence

— 

Alexandre Callet, un restaurateur de Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine), a lancé, ce jeudi 13 avril, un site Internet afin de recenser tous les crédits bancaires refusés aux entrepreneurs.

Alexandre Callet, un restaurateur de Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine), a lancé, ce jeudi 13 avril, un site Internet afin de recenser tous les crédits bancaires refusés aux entrepreneurs. — http://alerte-financement.fr/

Agacé de s’être vu refuser un crédit pour lancer une deuxième affaire, Alexandre Callet, un restaurateur de Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine), a lancé, ce jeudi, un site Internet afin de recenser tous les crédits bancaires refusés aux entrepreneurs.

Baptisée « Alerte Financement », la plateforme a pour slogan : « Notre ennemi, c’est la finance molle ! ». Une référence à la phrase de François Hollande, prononcée en 2012 lors du discours du Bourget.

Un million d’euros de prêts refusés

Pour utiliser « Alerte Financement », le chef d’entreprise refoulé par la banque remplit un formulaire avec le montant du prêt, les emplois non créés suite au refus, la raison de cette fin de non-recevoir, et bien sûr le nom de l’établissement bancaire. « Une fois que ces informations sont envoyées, j’effectue une vérification par téléphone », détaille au Figaro Alexandre Callet.

Le restaurateur met ensuite à jour quatre compteurs placés en haut du site : le montant total des prêts refusés, les emplois non créés, les emplois en danger et les projets non aboutis. Ce jeudi, le montant total des prêts refusés dépassait le million d’euros pour 14 projets non aboutis.

>> A lire aussi : «Chiens acceptés, banquiers interdits»: Un restaurateur se venge d’un refus de crédit

« On ne peut plus fermer les yeux »

Alexandre Callet a également prévu d’envoyer les déclarations qu’il reçoit aux décideurs politiques, ainsi qu’aux candidats à la présidentielle 2017. La Banque de France, la Cour des comptes ou encore la Confédération des petites et moyennes entreprises recevront aussi leur copie.

« Cet outil va permettre de centraliser les informations sur le crédit professionnel, car on ne peut plus fermer les yeux » conclut le restaurateur, qui a interdit jusqu’à nouvel ordre l’entrée de son restaurant aux banquiers « sauf droit d’entrée », a-t-il précisé sur une ardoise.

>> A lire aussi : Alexandre Callet, aspirant président