Ray Tomlinson, l'inventeur de l'e-mail.
Ray Tomlinson, l'inventeur de l'e-mail. - Andreu Veà, WiWiW.org

Son invention est utilisée chaque jour par des milliards de personnes dans le monde entier. Ray Tomlinson, le père de l’e-mail, est décédé, a indiqué sur sa page Facebook et sur Twitter Vinton Cerf, coinventeur du protocole TCP/IP et aujourd’hui vice-président chez Google.

Né en 1941, diplômé du prestigieux MIT (Massachusetts Institute of Technology), Ray Tomlinson avait écrit le premier e-mail de l’histoire en 1971. L’informaticien avait conçu le programme permettant d’envoyer ces messages alors qu’il travaillait sur Arpanet, le réseau réservé aux chercheurs et aux militaires qui allait plus tard donner naissance à Internet.

Ray Tomlinson évoque son premier ordinateur :

C’est lui qui avait eu l’idée d’utiliser le caractère @ pour séparer l’identité de la personne du réseau auquel elle se rattache. Appelé arobase en français ou « at mark » en anglais, ce symbole est utilisé depuis plusieurs siècles, mais il existe plusieurs théories sur son origine.

« Le premier message était tout à fait oubliable et je l’ai de fait oublié »

« Véritable pionnier de la technologie, Ray est l’homme qui a inventé l’e-mail au tout début des ordinateurs connectés », a déclaré son employeur, l’entreprise américaine de défense Raytheon, dans un communiqué. « Son travail a changé la façon dont le monde communique et pourtant, malgré toutes ses réussites, il est resté humble, gentil et généreux de son temps et de ses talents, il manquera à tous », a ajouté Raytheon.

« Merci, Ray Tomlinson, d’avoir inventé l’e-mail et d’avoir rendu le @ célèbre #RIP », a écrit sur Twitter la messagerie Gmail. Sur son blog, Ray Tomlinson avait raconté en détail l’histoire de la création du @, tentant d’empêcher la légende de prendre la place des faits. « Le premier e-mail a été envoyé entre deux machines qui se trouvaient l’une à côté de l’autre », connectées via Arpanet, expliquait-il.

« Le premier message était tout à fait oubliable et je l’ai de fait oublié », poursuivait-il. « Très probablement c’était quelque chose comme QWERTYUIOP (les premières lettres du clavier anglais) ou quelque chose comme ça… ». « Ne croyez pas tout ce que vous lisez sur le Web. Rappelez-vous, il y a des humains derrière ces pages, et les humains font des fautes », prévenait-il.

Mots-clés :