«Froomegate»: Un scientifique à l'origine du plafond du taux de salbutamol admet avoir commis «une boulette»

CYCLISME Le professeur Fitch reconnaît que le plafond de salbutamol n'est désormais plus valable...

W.P.

— 

Chris Froome
Chris Froome — Pierre Teyssot/SIPA

Ils avaient faux depuis le début. Dans les colonnes du Times, le professeur Ken Fitch, scientifique australien ayant contribué à fixer le plafond du taux de salbutamol autorisé dans les urines, admet avoir commis « une erreur ». « Ils ont accepté [les experts de l’AMA] que le salbutamol que vous prenez et son niveau dans l’urine ne correspondent pas forcément… Ils auraient dû l’accepter il y a longtemps. Je l’admets, j’ai commis une terrible boulette ».

Une boulette qui a failli faire suspendre Chris Froome, blanchi juste avant le Tour de France dans l’affaire de son contrôle anormal au salbutamol sur la Vuelta 2017. Diego Ulissi​ n’avait pas eu la même chance plusieurs années en arrière : il avait été suspendu neuf mois. Enfin, selon Fitch, une autre erreur majeure de la part des scientifiques est de ne pas avoir mesuré la densité, pourtant directement liée à la déshydratation, au moment de fixer les seuils.