Open d'Australie : McEnroe et Navratilova militent pour débaptiser la « Margaret Court Arena »

POLEMIQUE La championne australienne de tennis est aussi réputée pour ses propos homophobes et racistes

A.L.G. avec AFP

— 

John McEnroe et Martina Navratilova, lors d'un double à Wimbledon.
John McEnroe et Martina Navratilova, lors d'un double à Wimbledon. — Dave Shopland/BPI/REX

La fronde anti-Margaret Court continue. Selon des images télévisées, Martina Navratilova et John McEnroe ont quitté le court sur lequel ils venaient de disputer un double mixte séniors, ce mardi à l’Open d’Australie, en brandissant une pancarte avec l’inscription : « Evonne Goolagong Arena ».

Les deux gloires américaines du tennis, qui condamnent les propos controversés de la championne australienne, Margaret Court, sur l'apartheid et l'homosexualité, militent pour que la « Margaret Court Arena », l’un des courts principaux du Melbourne Park, soit rebaptisée en « Evonne Goolagong Arena ». Court, 77 ans, détient le record absolu de titres en grand chelem avec 24 trophées. Sa compatriote Goolagong, 68 ans, première Aborigène à avoir remporté un « Majeur », en compte sept.

« Tatie cinglée »

Navratilova, qui a publié ce mardi une lettre ouverte demandant de changer le nom du deuxième court le plus important de l’Open d'Australie, est aussi montée sur la chaise du juge-arbitre pour faire une déclaration, mais la télévision a rapidement interrompu sa retransmission, selon des médias.

« Cela me peine de le dire, mais la Margaret Court Arena doit être rebaptisée », écrit l’ex-numéro 1 mondiale. « Comme digne remplaçante, mes suffrages vont vers Evonne Goolagong. Evonne est l’incarnation de ce qu’est vraiment un modèle ou un héros », poursuit-elle.

McEnroe a déjà qualifié récemment Margaret Court, devenue pasteure à Perth (ouest), de « tatie cinglée ». C’était dans une vidéo de nos confrères d’Eurosport que nous vous invitons à regarder. Court a fait l’objet de vives critiques pour avoir fait l’éloge du système d’apartheid en Afrique du Sud, déclaré que « le tennis est plein de lesbiennes » et que les enfants transgenres sont « l’œuvre du diable ».