Coupe Davis: «Il fallait donner l’équipe à 11h30», Noah explique le choix de Mannarino pour remplacer Tsonga

TENNIS Voilà pourquoi il faut tout de suite rappeler quelqu'un qui vous a contacté...

A.G., avec AFP

— 

Yannick Noah lors de la rencontre de Fed Cup entre la France et l'Espagne, le 22 avril 2017 à Roanne.
Yannick Noah lors de la rencontre de Fed Cup entre la France et l'Espagne, le 22 avril 2017 à Roanne. — CHRISTOPHE SAIDI/SIPA

Tsonga forfait, Yannick Noah a choisi Adrien Mannarino comme remplaçant pour le premier tour de la Coupe Davis contre les Pays-Bas à Albertville.

Un choix qui s’explique par une histoire de coups de téléphone. Tsonga contraint de renoncer ce jeudi matin à cause d’un « épanchement de synovie » (une accumulation de liquide dans le genou), Yannick Noah a dû rapidement lui trouver un remplaçant pour effectuer le changement dans les temps.

« Il restait huit minutes »

« Il était 11 h 10, il fallait donner l’équipe à 11 h 30 (une heure avant le tirage au sort) et j’ai donc passé quelques coups de téléphone, a-t-il expliqué. J’ai contacté Gaël (Monfils), « Bennet » ( Benneteau) et Adrian (Mannarino). Le premier qui m’a répondu c’était Gaël. Il était en train d’arriver à Paris et était en partance pour (le tournoi de) Quito. C’était un peu difficile. »

« Ensuite il restait huit minutes, donc j’ai eu Adrian qui a rappelé. On a discuté. Je lui ai expliqué très rapidement la situation. Il était en train de s’entraîner à Roland-Garros et pouvait descendre », a poursuivi Noah au sujet du 25e mondial qui doit rallier la Savoie vendredi.

Le retour de Julien Benneteau ?

Mais à quelques instants près, on aurait surtout pu assister au retour de Julien Benneteau en équipe de France.

>> A lire aussi : «La porte s’ouvre en Grand Chelem, ce serait dramatique d’être résignés»

« Bennet », recalé de dernière minute avant la finale de la Coupe Davis gagnée en novembre dernier, a rappelé Noah juste après Mannarino. « J’étais content de lui parler, donc on s’est parlé. C’était cool. Je lui ai dit : « Si tu m’avais appelé un peu avant, j’aurais pu prendre la décision (de le sélectionner)… »