Roland-Garros: Un break avec le tennis ? «Je vais voir comment je me sens», réfléchit Djokovic

TENNIS Le Serbe a lâché mentalement lors de son quarts de finale contre Thiem (7-6, 6-3, 6-0)…

Julien Laloye
Novak en perdition face à Thiem.
Novak en perdition face à Thiem. — Ella Ling/Shutterstock/SIPA

De notre envoyé spécial,

Dans le fond, la défaite de Novak Djokovic contre Dominic Thiem n’a surpris personne. Le Serbe avait déjà eu des moments d’absence préoccupants dans le tournoi, et son niveau de jeu bringuebalant ne lui promettait rien d’autre qu’une déculottée difficile à vivre contre Nadal en demi-finale. En revanche, la manière laisse songeur. Jamais, de mémoire, on n’avait vu le tenant du titre lâcher dans sa tête de cette façon, jusqu’à se faire buller dans la dernière manche (7-6, 6-3, 6-0). Autant vous dire que le 2e joueur mondial était attendu en conférence de presse. Et que tout ce qu’il nous a dit n’est pas franchement rassurant.

« C’est dur de commenter le troisième set, rien ne marchait pour moi, tout allait dans son sens. Je pense en faut que ça s’est décide au premier set, il a commencé à mieux servir, à faire la décision sur le premier coup de raquette, il était définitivement meilleur que moi. Dans la seconde partie du match, je n’étais pas capable de taper la balle correctement, alors que de son côté, plus le match avançait, plus il prenait confiance ».


Dit, autrement, un gars qu’on pensait insubmersible, capable de courir cinq plombes pour battre un Federer ou un Nadal sans moufter il y a encore un an, s’est couché au bout d’un set parce que le gars d’en face était trop fort ? La foule sent que Djokovic est sur un fil et ne lâche pas le morceau. Trois questions pour demander la même chose : Est-ce que vous savez ce que vous faites encore sur le circuit ?

  • Est-ce que vous pensiez que votre victoire à Roland Garros et l’achèvement que ça représentait allaient provoquer tant de choses chez vous ?
  • Vous disiez que vous étiez proches de retrouver votre meilleur niveau ? C’est toujours le cas ?
  • Est-ce que vous considérez l’opportunité de faire un break avec le tennis ?

 

La dernière est la plus cash, et Djokovic ne dit pas vraiment non.

« Je pense à plein de choses, j’essaie de penser à ce qui est le mieux pour moi, je suis content de bosser avec une nouvelle équipe, et je sens comme une responsabilité à l’égard du jeu. Je verrai comment je me sens après Roland. Ne rien gagner depuis six mois, c’est une nouvelle situation que je dois affronter. J’aime ce sport, je suis aussi motivé que n’importe quel autre joueur même si ça fait longtemps que je suis sur le circuit, je respecte ce que ce sport m’a donné. C’est encore une ambition pour moi d’être numéro 1 mondial, j’ai eu de la chance de passer beaucoup de temps là-haut, je sais ce qu’on ressent, je sais aussi ce qu’on ressent quand on n’y est plus. Mais je ne suis pas le seul joueur du circuit, le monde ne tourne pas autour de moi ».

Pour ainsi dire, on a même l’impression que si le monde pouvait l’oublier, ça lui rendrait service. Par moment, et on finira là-dessus, Djokovic donne la sensation de pouvoir faire une Bjorn Borg sans prévenir. Claquer la porte du circuit et aller faire des séminaires sur les bienfaits de l’amour intérieur avec Pepe Imaz. Reste avec nous encore un peu, Novak.