Roland-Garros: On ne rembourse plus à partir de 2h? Arrêtons le match de Djokovic à 2h01 alors

TENNIS La coïncidence est troublante...

Romain Baheux

— 

Novak Djokovic quitte le Central de Roland-Garros après l'interruption par la pluie le 31 mai 2016.
Novak Djokovic quitte le Central de Roland-Garros après l'interruption par la pluie le 31 mai 2016. — Michel Euler/AP/SIPA

A Roland-Garros,

C’est le plus beau coup de ce Roland-Garros. Mardi, peu avant 17h, on dispute le troisième set du huitième de finale Djokovic-Bautista Agut sur le Central. Jouée sous un crachin persistant, la rencontre a déjà été interrompue une fois. Mais quand on voit le chrono du court afficher 2h00, limite à partir de laquelle on ne rembourse plus les billets au public, la partie machiavélique de notre cerveau ne peut s’empêcher de penser à un vilain scénario. C’est alors qu’on annonce aux joueurs et à la foule l’arrêt du match. Le Serbe file aux vestiaires, le public siffle, le chrono affiche 2h01. Du travail d’orfèvre.

En bas des tribunes, personne n’est dupe, alors qu’à l’organisation, on indique que personne n’était au moment de l’écriture de ce papier disponible pour une explication. « Tout le monde se marrait dans le public en voyant le temps défiler, raconte Pierre-Alexandre. Franchement, c’est un peu gros. Mais je dois admettre qu’ils ont bien ficelé leur truc. » « Non mais du coup, on a droit à rien ?, s’inquiète Virginie. Parce qu’on n’a quand même pas vu grand-chose. »

>> A lire aussi : Comment les chaînes de télé meublent les pauses pluie

Non, Virginie, vous avez juste le droit de pleurer. Le règlement est clair : « La durée des matchs s’appréciera par rapport au temps de jeu sur le court principal auquel aura accès le bénéficiaire du billet. » Un spectateur du Central ne pourra donc pas se faire rembourser là où celui des courts annexes, où le temps de jeu n'a pas dépassé la barre fatidique des 2h, sera en mesure de réclamer 50% de la somme investie.

 Le règlement de la FFT est très clair.
Le règlement de la FFT est très clair. - Capture d'écran

Evidemment, nous ne nous permettrons pas d’insinuer que la Fédération française de tennis n’avait aucune envie de subir une seconde journée blanche financièrement après l’annulation totale de lundi. Evidemment, l’ancien joueur Michaël Llodra avait totalement raison en expliquant devant les journalistes présents au players lounge « qu’aucune décision n’était prise pour gagner un quart d’heure. C’est un tournoi du Grand Chelem géré par des professionnels ». Evidemment. Qu’est-ce qu’on a l’esprit mal placé parfois.