Afrique du Sud - Tonga : « Ce n’est plus entre nos mains », les Springboks vont passer une longue semaine

RUGBY Malgré leur victoire bonifiée contre les Tonga (49-18) dimanche soir au stade Vélodrome, les Springboks vont devoir patienter toute la semaine avant de savoir s’ils sont qualifiés pour les quarts de finale de la Coupe du monde de rugby 2023

Adrien Max
— 
Les Springboks de Siya Kolisi, qui fêtait sa 50e sélection en tant que capitaine, vont devoir patienter quelques jours avant d'être fixé sur leur avenir dans cette Coupe du monde de rugby 2023.
Les Springboks de Siya Kolisi, qui fêtait sa 50e sélection en tant que capitaine, vont devoir patienter quelques jours avant d'être fixé sur leur avenir dans cette Coupe du monde de rugby 2023. — CLEMENT MAHOUDEAU
  • L’Afrique du Sud s’est imposée face aux îles Tonga dimanche soir au stade Vélodrome pour leur dernier match de poule.
  • Mais ce succès bonifié ne leur garantit par mathématiquement la qualification.
  • Les Springboks vont passer la semaine à patienter pour savoir qui ils affronteront en quarts, s’ils sont qualifiés.

Au stade Vélodrome,

Une victoire de l’Ecosse face à l’Irlande samedi prochain, avec le bonus offensif. Mais avec minimum 20 points d’écart, et un bonus également pour les Irlandais. « Avec un score de 41-20, les Springboks sont éliminés. Ça fait trois fois que je refais le calcul, je suis sûr de moi. » Comme pour ce journaliste, les calculettes étaient de sortie dimanche soir dans la salle de conférence de presse du stade Vélodrome, après la victoire de l’Afrique du Sud face aux Tonga (49-18), pour leur dernier match de poule. Et peut-être de la Coupe du monde de rugby 2023.

Mais avec ce large succès, les Springboks ont mis toutes les chances de leur côté. Ils ont en tout cas rempli leur objectif en glanant le plus de points possible sur une rencontre, et les cinq remportés face aux « Aigles de la mer » grâce au bonus offensif acquis par Kriel (49e). « Sur le score, la première chose pour nous était de gagner, puis de prendre le bonus offensif et ensuite de marquer le plus de points possible », a coché le sélectionneur sud africain, Jacques Nienaber, en conférence de presse.

« On appelle ça un match arrangé et je n’y crois pas »

Un premier objectif synonyme de cinq points, qui leur permettent de remonter à la première place du groupe B, le plus relevé, avec 15 points devant l’Irlande, 14 points, et l’Ecosse, 10 points. L’Afrique du Sud a joué dimanche son dernier match des poules (3 victoires, 1 défaite contre l’Irlande), pourtant « le classement n’est pas fini, on ne saura qui est qualifié que samedi, dans une semaine », a rappelé Jacques Nienaber.

Parce que le second et le troisième s’affrontent samedi prochain (21 heures) au stade de France dans une finale du groupe B, qui pourrait même éliminer les Springboks ! En cas de victoire bonifiée de l’Ecosse de plus de 20 points sur une Irlande, elle aussi dans le bonus. Un scénario aussi rocambolesque qu’improbable, mais qui existe, vous pouvez croire la calculette de notre confrère. Et si l’idée d’un arrangement entre les deux voisins a traversé la salle de conférence, Jacques Nienaber ne peut, ou ne veut, pas y croire :

« Je pense qu’on appelle ça un match arrangé et je n’y crois pas. On porte des t-shirts "Keep Rugby Clean", ce n’est pas pour rien. Le rugby est propre sur ce point. »

« On doit se préparer, peu importe si on joue et contre qui »

Toujours est-il que les Springboks vont passer une petite semaine à attendre. Vendredi, d’abord, puisque le XV de France joue vendredi contre l’Italie, le lendemain des All Blacks, et on connaîtra le classement définitif du groupe A, et donc de leur potentiel adversaire. Puis samedi, et ce fameux match entre l’Ecosse et l’Irlande, pour savoir si leur Coupe du monde continue. « Ce n’est qu’à ce moment-là que nous pourrons vraiment préparer notre quart de finale », a d’ailleurs prévenu le sélectionneur.

D’ici là, ils auront trois jours de repos, « pour penser à autre chose qu’au rugby », ce qu’ils ne devraient pas trop avoir de mal à faire dans leur agréable hôtel varois. Avant de préparer leur prochain match avec une dose de confiance en plus après le retour d’Handré Pollard auteur d’un 4/4 au pied contre les Tonga : « Ce n’est plus entre nos mains. Nous, on doit se préparer pour notre match, peu importe si on le joue et contre qui. On a tout donné, maintenant on attend de voir ce qu’il va se passer. »

Les champions du monde en titre pourront, en plus de leur demi d’ouverture, continuer de s’appuyer sur leur expérience de la Coupe du monde 2019. « Le point positif, c’est qu’on a déjà vécu ça en 2019. On avait fini la poule assez tôt et on avait eu une douzaine de jours avant le quart contre le Japon. Cela avait bien marché pour nous à l’époque », a rappelé Jacques Nienaber. C’était déjà contre le pays hôte, et l’histoire pourrait se répéter cette année avec un quart de finale face au XV de France. Sauf surprise, on vous a dit.