Retour sur la page d'accueil 20 Minutes
RugbyA Montpellier, Bernard Laporte évoque sa « bromance » avec Mohed Altrad

« Si ce n’avait pas été Mohed Altrad »... Bernard Laporte évoque sa « bromance » avec le patron du MHR

Rugby
L’ancien président de la FFR reconstitue un duo détonnant, mais pour l’heure inefficace, à la tête du MHR, dernier du Top 14
Bernard Laporte, alors président de la Fédération française de rugby, avec Mohed Altrad, le président du Montpellier Hérault rugby, lors de France - Italie du Tournoi des VI Nations, le 6 février 2022 .
Bernard Laporte, alors président de la Fédération française de rugby, avec Mohed Altrad, le président du Montpellier Hérault rugby, lors de France - Italie du Tournoi des VI Nations, le 6 février 2022 . - Franck Fife / AFP
Nicolas Stival

N.S.

Après Mohed Altrad dans L’Equipe, Bernard Laporte sur France 3 Occitanie. L’ancien président de la FFR s’exprime ce mardi au sujet de son arrivée le 19 novembre comme directeur du rugby à Montpellier, dernier du Top 14, club présidé par l’homme d’affaires. Une association qui fait forcément parler un an après qu'Altrad et Laporte ont été condamnés en première instance pour corruption et trafic d’influence, avant de faire appel.

Le premier s’était montré plutôt froid et technique au moment d’évoquer cette nouvelle collaboration : « C’était le seul qui était disponible, je n’avais personne sous la main », s’était-il notamment justifié. Le second a choisi le registre de l’émotion : « Si ce n’avait pas été Mohed Altrad, je ne l’aurais jamais fait. C’est clair. Jamais je n’aurais accepté à nouveau ce challenge parce que j’avais d’autres choses à faire. »

Mais encore ? « On a vécu de telles choses ensemble que quand il te le demande, tu dis oui. C’est fusionnel maintenant. Quand il m’a dit maintenant il faut le faire, j’ai répondu je serai là ce soir. »

Pas de choc psychologique

L’ancien sélectionneur du XV de France a aussi assuré avoir bâti « en trois heures » son staff, composé de Patrice Collazo (entraîneur en chef), Vincent Etcheto (entraîneur des arrières), Christian Labit (en charge des rucks et des attitudes au contact) et Antoine Battut (entraîneur de la touche, dont l’arrivée avait été entérinée auparavant).

Pour l’instant, la mayonnaise n’a pas encore pris. Malgré l’éviction de Richard Cockerill et de Jean-Baptiste Elissalde et l'arrivée du nouvel encadrement, le MHR reste lanterne rouge deux journées plus tard, après des défaites contre Oyonnax à domicile (21-26) puis à Bayonne (34-19).

Sujets liés