Top 14 : A 35 ans, que peut (encore) apporter Louis Picamoles à l’UBB ?

RUGBY Le troisième ligne aux 82 sélections avec le XV de France se lance dans une nouvelle aventure 

Clément Carpentier
— 
Louis Picamoles a apporté à 82 reprises le maillot du XV de France.
Louis Picamoles a apporté à 82 reprises le maillot du XV de France. — CHARLY TRIBALLEAU / AFP
  • Blessé puis placardisé à Montpellier, Louis Picamoles a rejoint ces derniers jours l’Union Bordeaux-Bègles pour s’offrir un dernier challenge.
  • Pour l’UBB, c’est un renfort de poids sur le terrain, mais surtout en dehors avec un joueur qui apportera toute son expérience dans ce sprint final.
  • Il pourrait faire ses débuts sous les couleurs bordelaises dès samedi à l’occasion du derby de l’Atlantique face à La Rochelle.

Il a beau encore être « l’un des joueurs les plus emblématiques du rugby français » comme le souligne son nouveau coéquipier et demi de mêlée Maxime Lucu, il ne faut pas compter sur Louis Picamoles pour montrer les muscles ou parler plus fort qu’un autre. 82 sélections avec le XV de France ne changent pas un homme. Le troisième ligne, nouvelle recrue de l’Union Bordeaux-Bègles, reste quelqu’un de discret qui laisse avant tout parler son talent sur le terrain. Même quand le Néo-Girondin revient sur la fin radicale de son histoire avec Montpellier, son club de cœur, il ne s’emballe pas : « Je ne suis pas revanchard mais c’est vrai que j’ai faim. J’ai accumulé pas mal de frustration ces derniers mois donc il y a beaucoup d’excitation et j’ai un gros appétit ». Ça tombe bien, l’UBB aussi.

Même s’il ne pourra pas disputer la Champions Cup avec Bordeaux, Louis Picamoles aura de quoi manger avec le Top 14 et cette course aux phases finales. Pour l’UBB, il s’agit d’un gros coup avant d’aborder le sprint final de cette saison. Un « vrai plus » pour Lucu. Alors que peut encore apporter l’ancien international français de 35 ans ?

Un joker de luxe malgré sa blessure

Déjà, il vient remplacer numériquement Marco Tauleigne car au départ, Louis Picamoles ne devait arriver que la saison prochaine avec un certain François Trinh-Duc dans ses bagages. C’est donc un remplaçant de choix et en plus, au profil identique au troisième ligne bordelais blessé. Un numéro 8 très costaud et puissant qui fait « avancer l’équipe » dixit Maxime Lucu et « capable de jouer debout » précise Christophe Urios, le manager de l’UBB. Pendant toute sa carrière, l’Ex-Toulousain et Montpelliérain a rayonné dans ce domaine.

Dans un premier temps, il s’agira pour lui de retrouver le rythme. Entre sa rupture des ligaments croisés du genou gauche en 2019 et sa mise sur le banc au MHR depuis son retour il y a quelques mois, Louis Picamoles n’a disputé que 19 matchs en deux ans. Lui affirme que « cela va de mieux en mieux et qu’il n’y a plus aucune appréhension ». D’ailleurs à l’UBB, on ne se fait pas de souci par rapport à ça car « on ne devient pas un petit joueur comme ça » selon Maxime Lucu. Le demi de mêlé a vu « un joueur qui a envie de montrer, de prouver sa valeur même si on sait tous qui est Louis Picamoles et que ce n’est pas moi qui vais vous apprendre quelles sont ses qualités ».

Son expérience, un atout de plus pour l’UBB

Mais le gros plus pour l’UBB, c’est sûrement ce qu’il va apporter « au-delà de son talent » rappelle Rémi Lamerat. « Il va amener de la fraîcheur et un œil différent, c’est important pour nous, poursuit le centre bordelais, il a énormément d’expérience (plus de 300 matchs de Top 14) et les plus jeunes vont pouvoir s’en nourrir. C’est avant tout un état d’esprit qu’il apporte et moi je suis très content de retrouver cette vieille canaille ! » Comme Christophe Urios une semaine plus tôt, Rémi Lamerat met également en avant « le calme, la sérénité et la confiance » d’un Picamoles comme atout supplémentaire pour une équipe déjà très solide depuis novembre (quatre défaites lors de ses 17 derniers matchs).

De son côté, celui qui a disputé neuf Tournoi des VI Nations et trois Coupe du monde reste modeste : « Oui j’ai peut-être un peu d’expérience, oui j’ai vécu des phases finales mais je ne vais pas prendre la parole comme ça. Je vais faire les choses naturellement comme depuis le début de ma carrière, j’ai toujours fonctionné au feeling. » Après avoir mangé son pain noir depuis deux ans, Louis Picamoles espère un nouveau départ en Gironde, sûrement le dernier d’une longue carrière. Et l’UBB compte bien en profiter un maximum, à commencer par ce samedi lors de derby de l’Atlantique face à La Rochelle.