Stade Toulousain: Florian Fritz plaque le rugby pour se lancer dans la menuiserie

RECONVERSION Futur retraité, l’emblématique trois-quarts centre du Stade Toulousain Florian Fritz va devenir commercial pour une entreprise de menuiserie extérieure…

Nicolas Stival

— 

Florian Fritz, le centre du Stade Toulousain, face à Lyon, le 11 mars 2018 au stade Ernest-Wallon.
Florian Fritz, le centre du Stade Toulousain, face à Lyon, le 11 mars 2018 au stade Ernest-Wallon. — R. Gabalda / AFP

Cette fois, c’est certain. Florian Fritz jouera son dernier match à Ernest-Wallon samedi, en barrage de Top 14 contre Castres. Et peut-être son dernier match de rugby tout court, si le Stade Toulousain est dominé par le CO, comme cela est systématiquement le cas depuis un an. Après 14 saisons au club qui l’a honoré comme les autres partants le 29 avril lors de la venue de La Rochelle, le centre de 34 ans va raccrocher.

Et il a déjà assuré son avenir. « Depuis quelque temps, je suis associé avec des amis dans une société de menuiserie extérieure, MP2A à Lanta, dans la région toulousaine », explique-t-il. L'ancien international aux 34 sélections va désormais entièrement se consacrer à cette boîte, en tant que commercial.

Pas envie de devenir entraîneur

Pas question donc, d’une reconversion « classique » comme entraîneur. « Coach, ce n’est pas quelque chose qui s’improvise, estime le double champion d'Europe et triple champion de France (pour l’instant…). C’est d’abord une vocation, une envie que je n’ai jamais eue pour l’instant. »

Avant de sillonner les routes d’Occitanie pour vendre des portes automatiques, Fritz espère finir en apothéose, pourquoi pas avec un quatrième Bouclier de Brennus. Même s’il reste prudent. « En étant vraiment honnête, nous sommes des outsiders, juge-t-il. Quand on voit Toulon, Montpellier et le Racing 92, ce sont les gros de la phase finale. » Et il y a aussi l’obstacle castrais à franchir, avant d’espérer défier le Racing le 26 mai à Marseille, en demi-finale du Top 14.

>> A lire aussi : L'ex-rugbyman Yannick Jauzion se lance dans la culture inédite du ginseng