PSG - Bayern Munich : Pochettino veut « une approche différente » du retour par rapport au Barça

FOOTBALL Les Parisiens n'entendent pas aborder le retour de la même manière que contre les Catalans en 8e de finale

W.P

— 

Paris reste l'outsider d'après Poche
Paris reste l'outsider d'après Poche — Matthias Schrader/AP/SIPA

Petit à petit, on s’approche de la conférence de presse référence de Mauricio Pochettino​. Moins robinet d’eau tiède qu’à son habitude sans être spectaculaire non plus, l’entraîneur du Parisien a effleuré plusieurs sujets qui méritent notre attention à la veille du quart de finale retour de Ligue des champions contre le Bayern Munich. Tout en précisant en préambule que « pour parler tactique, il nous faudrait beaucoup plus de temps », comme pour justifier le caractère souvent superficiel de son discours.

Le premier point concerne le scenario du match à venir, que tout le monde semble avoir anticipé, à savoir : les Allemands vont tout écraser comme à l’aller et les Parisiens essayeront d’exploiter le peu d’occasions qu’ils obtiendront. Pochettino aimerait autant que faire se peut éviter de rejouer avec les jambes en coton du retour contre Barcelone. « Une question d’attitude et d’aptitude collective », insiste-t-il, expliquant, preuve à l’appui, à qui tremble à l’idée de ne pas voir Marco Verratti sur le terrain mardi (ce qui risque fort d’arriver), que « ce n’est pas une question de noms » vu que contre le Barça, Paris a eu du mal à garder le ballon « avec Verratti et Paredes sur le terrain ».

Faire mal au Bayern

Le technicien argentin a des projets pour son équipe pour ce match retour, et s’il concède volontiers à « celui qui a gagné six titres dans les derniers mois » le statut de favori, il aimerait bien que ses joueurs abordent ce match retour différemment du précédent. « Il faut avoir une approche différente de Barcelone et comprendre qu’on ne doit pas seulement défendre mais aussi avoir le ballon et faire mal à l’adversaire », sans non plus tout revoir du jour au lendemain. La solidarité et « l’aptitude » à serrer les dents en équipe resteront l’arme numéro une du PSG mardi soir, même sans Marquinhos dont on peut encore espérer la présence sur le banc, mais pas plus.

« On connaît les qualités de Marqui, c’est le leader de la défense, dit pour sa part Presnel Kimpembe. S’il vient à ne pas être, là ça sera un manque. Mais on a de très grands joueurs dans l’équipe et certains pourront pallier son absence. » Pas de panique comme à Munich, mais quand même un peu d’effervescence pour le retour en France. Presko, toujours : « on est calmes on prépare le match sereinement, on connaît l’importance de ce genre de ce match, un peu d’excitation mais il faut rester calmes et sérieux pour bien commencer ce match. »