Fair-play financier: Le PSG inquiété à cause de contrats de «sponsoring» surévalués?

FOOTBALL Le PSG aurait signé des partenariats surévalués...

W.P, avec AFP

— 

Nasser Al-Khelaïfi, le président du PSG
Nasser Al-Khelaïfi, le président du PSG — VALERY HACHE / AFP

Un nouveau chapitre s’ouvre dans la série des affaires dont se serait volontiers passé le Paris Saint-Germain. Le Financial Times révèle ce mercredi que des contrats de sponsoring passés par le PSG avec des parties étroitement liées avec les propriétaires du club ont été « significativement surévalués ». Le leader de L1 s’expose ainsi - une nouvelle fois - à des sanctions dans le cadre du fair-play financier.

Le Financial Times cite plusieurs sources pour affirmer que l’instance de contrôle financier des clubs (ICFC), chargée de faire respecter le fair-play financier mis en place par l’UEFA au début des années 2010, a nommé le cabinet indépendant Octagon (spécialisé dans le marketing sportif) pour estimer les contrats passés par le club parisien avec des parties liées, c’est-à-dire des entreprises ou organismes proches de son actionnaire, l’État qatarien.

Le PSG sanctionné en 2014 pour une histoire similaire

La publication économique cite deux connaisseurs du dossier selon qui ces contrats ont été « significativement surévalués » par rapport aux prix du marché. Le fair-play financier stipule qu’un club participant aux compétitions organisées par l’UEFA ne peut dépenser plus qu’il ne gagne (même s’il est adossé à un actionnaire/propriétaire richissime) ni afficher un déficit supérieur à 30 millions d’euros cumulé sur trois exercices.

Le PSG avait déjà été sanctionné en 2014 à la suite d’un contrat passé avec l’office du tourisme du Qatar, que l'UEFA​ avait jugé surévalué. Les sanctions (lourde amende, restriction de joueurs inscrits en Ligue des champions) ont été levées depuis. Sans compter que le club parisien est dans le viseur du FPF en raison des transferts astronomiques de Neymar et Mbappé.

La réponse parisiennne

Le PSG a répondu via un communiqué de presse où il s'en prend directement au Financial Times. Le club parisien y déplore « qu’à quelques jours d’un point d’étape prévu avec l’UEFA sortent une nouvelle fois des informations erronées et dirigées contre le Club dans la presse britannique ».

«Le Club est suivi depuis quatre ans par l’UEFA dans le cadre du "settlement" signé en 2014 entre les deux parties et dont il est sorti en 2017. De fait, l’instance européenne dispose d’une vision claire et transparente de l’état des finances du Club, et en particulier des montants des contrats pluri-annuels qui le lient à ses partenaires. La procédure suit son cours. Le Paris Saint-Germain est en lien permanent avec ses interlocuteurs à l’UEFA et se présentera en toute sérénité devant l’instance dirigeante du football européen le 20 avril prochain pour présenter son dossier.»