AS Monaco : Non qualifié pour l’Europe, le club se sépare de son entraîneur Philippe Clement

FOOTBALL L’AS Monaco a terminé à la 6e place de la Ligue 1

20 Minutes avec AFP
Philippe Clement, alors entraîneur de Monaco, au stade Louis II le 23 février 2023.
Philippe Clement, alors entraîneur de Monaco, au stade Louis II le 23 février 2023. — Marcio Machado/Eurasia Sport Images/Just Pictures

Pour tourner la page d’une saison désastreuse, Monaco fait le ménage. Très fragilisé depuis plusieurs semaines, l’entraîneur Philippe Clement n’a pas survécu à la 6e place du club en Ligue 1 et surtout à la non-qualification pour l’Europe. Il a ainsi été remercié.

Clement, 49 ans, avait été recruté en janvier 2022 en remplacement du Croate Niko Kovac. Dimanche, au lendemain d’une nouvelle défaite à domicile contre Toulouse (2-1), il a été reçu par sa direction, qui lui a signifié qu’il ne serait plus l’entraîneur la saison prochaine, alors qu’il lui restait une année de contrat.

Le tournant de la gifle reçue à Lens

La décision de limoger Clement et son staff, validée par le propriétaire de l’ASM Dmitri Rybolovlev, a été fortement poussée par le vice-président et gendre du milliardaire russe, l’Uruguayen Juan Sartori. Paul Mitchell, directeur sportif lui aussi en partance et qui devrait être remplacé par le Brésilien Thiago Scuro, n’a fait qu’entériner une décision actée à un niveau hiérarchique supérieur.

Après la défaite face à Toulouse, Clement se savait très en danger. Il a avoué sa fatigue après avoir bataillé de longues semaines pour redresser la barre avec un effectif de moins en moins impliqué. Il a aussi assumé ses responsabilités, notamment après la gifle reçue à Lens (3-0) le 22 avril, alors que Monaco pouvait encore viser le podium.  « Après ça, nous nous sommes effondrés pendant plusieurs semaines », a-t-il analysé.

Les mêmes stats que Kovac

Au final, le technicien belge aura dirigé 57 matchs de L1 à Monaco, soit autant que Kovac, son prédécesseur. Clement compte 31 victoires, 12 nuls et 14 défaites, tandis que le Croate a cumulé 32 victoires, 11 nuls et 14 défaites : mêmes résultats, même sentence…

Désormais, Monaco doit reconstruire sa direction sportive. Mitchell et Scuro, qui n’a pas encore été officiellement intronisé, doivent rapidement trouver un entraîneur. Même un communiqué indique que le club « se laisse le temps de la réflexion », le temps presse et les recherches fusent dans toutes les directions. D’abord au sein de la galaxie Red Bull, où l’on évoque les noms de Matthias Jaissle, entraîneur de Salzbourg, et de l’Américain Jesse Marsch, limogé de Leeds en février dernier et lui aussi ancien de Salzbourg (2019-2021) et de Leipzig (2021). La volonté de faire revenir l’ancienne légende du club Marcelo Gallardo existe également et Julien Stephan a été proposé.

Le futur entraîneur devra intégrer le fait que le club doit équilibrer ses comptes. Or, une nouvelle fois privé d’Europe, l’ASM doit vendre plusieurs éléments. Les internationaux français Disasi et Fofana, les latéraux brésiliens Vanderson et Henrique possèdent la meilleure valeur marchande. Mais d’autres n’ont pas donné satisfaction et pourraient être poussés vers la sortie comme Volland, Minamino ou Boadu. Wissam Ben Yedder, qui est allé s’excuser auprès des ultras samedi après la défaite, souhaite lui effectuer la dernière année d’un contrat pharaonique.